Les survivants de Crypto Winter pourraient devenir les «Amazones» de demain, déclare la Banque d’Angleterre

Temps de lecture :3 Minutes, 27 Secondes

Le lieutenant-gouverneur de la Banque d’Angleterre, Jon Cunliffe, a comparé l’effondrement actuel du marché de la crypto-monnaie – un processus appelé l’hiver de la crypto – au crash des dot-com de la fin des années 1990 et a suggéré que les survivants pourraient devenir « les Amazones et eBays » de demain .

« L’analogie, pour moi, est le boom des dot-com lorsque 5 billions de dollars ont été retirés des valeurs », a déclaré Cunliffe lors du forum « Point Zero » à Zurich mercredi (22), comme l’a rapporté par Bloomberg. « Beaucoup d’entreprises ont disparu, mais la technologie n’a pas disparu. »

Il a ajouté qu’une décennie plus tard, « Ceux qui ont survécu – les Amazones et les eBays – ont fini par devenir les acteurs dominants », a-t-il déclaré.

Le vice-président a ajouté que peu importe ce qui arrivera aux crypto-monnaies dans les mois à venir, il s’attend à ce que «la technologie et la finance cryptographiques se poursuivent. [existindo]. avoir la possibilité de [gerar] de grandes efficacités et des changements dans la structure du marché ».

Les plans de crypto-monnaie de la Banque d’Angleterre

Cunliffe a également discuté de la réflexion actuelle de la Banque d’Angleterre sur les pièces stables et les monnaies numériques de la banque centrale (ou CBDC). En avril 2021, l’institution a créé un groupe de travail pour explorer le potentiel d’une CBDC.

« Est-il préférable d’avoir des stablecoins privés qui sont plus optimisés dans des domaines spécifiques qui sont liés d’une manière ou d’une autre à un dossier de banque centrale ? Ou devrions-nous fournir la base ? » demanda Cunliffe.

Cette année, la Banque d’Angleterre a annoncé qu’elle interviendrait pour superviser l’effondrement des pièces stables si un émetteur « fait faillite à un niveau systémique ». L’annonce fait suite aux commentaires du gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey, en juin 2021, selon lesquels les pièces stables devraient être réglementées de la même manière que les paiements gérés par les banques.

Les marchés de la cryptographie en crise

Bitcoin (BTC), la plus grande crypto-monnaie au monde, a perdu environ 70 % de sa valeur depuis qu’il a atteint un record de près de 70 000 dollars en novembre 2021 et se négocie actuellement à 20 700 dollars. , selon CoinMarketCap.

La capitalisation boursière totale des actifs numériques, qui approchait autrefois les 3 000 milliards de dollars, a également diminué de façon spectaculaire au cours des huit derniers mois, passant en dessous de 1 000 milliards de dollars début juin au milieu de l’effondrement de l’écosystème Terra et d’une crise de liquidité parmi plusieurs autres sociétés de cryptographie.

La chute a ébranlé l’ensemble de l’industrie de la cryptographie, obligeant de nombreuses entreprises à décider de réduire leurs effectifs ou de réduire leurs dépenses.

La détérioration de l’environnement commercial a également entraîné une baisse de la valorisation de nombreuses grandes sociétés de cryptographie.

Par exemple, l’échange de crypto Coinbase, l’un des plus grands acteurs du secteur, avait une capitalisation boursière de près de 90 milliards de dollars en novembre 2021. Depuis lors, la valorisation de l’entreprise a chuté à 13,9 milliards de dollars, selon les données de CompaniesMarketCap.

Cunliffe est le dernier chiffre à se prononcer sur la façon dont les événements récents dans l’industrie de la cryptographie affecteront les sociétés de cryptographie.

Mark Cuban, le milliardaire propriétaire de l’équipe de basket-ball des Dallas Mavericks et investisseur dans plusieurs projets de cryptographie, a récemment rejoint le débat, déclarant que « les entreprises qui sont soutenues par de l’argent bon marché et facile – mais qui n’avaient pas de perspectives commerciales valables – vont disparaître. ”

*Traduit par Daniela Pereira do Nascimento avec la permission de décrypter.co.



Voir l’article original sur portaldobitcoin.uol.com.br