Le FMI estime que le Salvador ne devrait pas utiliser le Bitcoin (BTC) comme monnaie

0 0
Temps de lecture :4 Minutes, 32 Secondes

Le FMI critique encore l’adoption du Bitcoin (BTC) par le Salvador

L’adoption du Bitcoin comme monnaie légale par le Salvador fait l’objet de nombreuses curiosités depuis le mois de septembre dernier. Son utilisation se développe peu à peu dans le pays : de grands enseignes acceptent désormais le BTC comme moyen de paiement et le président Nayib Bukele a fait savoir que plus d’un million de Salvadoriens utiliseraient le Bitcoin.

Du côté des grandes institutions financières, l’avis est un peu moins enthousiaste. En juin dernier, peu après le vote positif du parlement en faveur de la loi Bitcoin, le FMI faisait part de ses craintes. À peine un mois plus tard, la même institution s’opposait à nouveau à l’adoption d’une cryptomonnaie en tant que monnaie légale, estimant que « cela allait trop loin ».

Au vu de la relative réussite du projet Bitcoin au Salvador et de la montée des cours, l’institution financière de Washington n’était pas revenue sur le sujet depuis l’été. Mais il ne fallait pas compter sur Nayib Bukele pour s’arrêter là. Son projet de ville Bitcoin a réveillé le FMI, qui n’est une nouvelle fois pas tendre avec le Salvador.

- 10% de frais de trading sur Binance !
-10 % à vie sur les frais de trading de Binance !

👉 A lire – Le Salvador souhaite créer la première ville Bitcoin (BTC) au monde

Les raisons pour lesquelles le FMI est contre l’adoption du Bitcoin (BTC) en tant que monnaie

La différence avec les fois précédentes, c’est que la réponse du FMI fait cette fois-ci partie d’une étude globale de la situation économique du Salvador. L’institution évoque notamment les conséquences économiques de la pandémie de COVID-19, le redressement rapide de l’économie salvadorienne et les perspectives d’avenir.

Le Bitcoin et le portefeuille national, le Chivo, sont abordés de manière assez détaillée. Si les conclusions du FMI sont un peu moins triviales que les précédentes, l’opposition reste de principe.

En premier lieu, il y a (enfin) un point positif : l’institution de Washington admet que les cryptomonnaies et le Chivo peuvent rendre les paiements plus efficaces, permettant ainsi de renforcer l’inclusion financière et supportant in fine la croissance.

Ce point est essentiel, car c’est la première fois que le FMI estime que les cryptomonnaies peuvent avoir un rôle dans l’inclusion financière, qu’elle promeut depuis plusieurs années.

En second lieu, le FMI estime que le BTC ne peut être utilisé comme monnaie légale. Les raisons invoquées restent les mêmes : une forte volatilité, des risques pour l’utilisateur, l’absence de garanties efficientes du Chivo ou encore le non-respect de la législation en matière de blanchiment de capitaux et de lutte contre le financement du terrorisme.

Ainsi, le FMI reste fermement opposé au BTC et aux cryptomonnaies en général lorsque ces dernières deviennent des monnaies ayant cours légal. En revanche, la technologie sous-jacente est reconnue comme intéressante et efficiente.

👉 À lire – Les citoyens du Salvador peuvent désormais recevoir leur salaire en Bitcoin (BTC)

La position du FMI, une façon de promouvoir les MNBC face au Bitcoin (BTC) ?

Si la majorité des commentateurs ont uniquement noté l’opposition de principe du FMI, il est néanmoins essentiel de retenir ce petit revirement sur la « technologie crypto » de la part de l’institution financière.

Derrière l’expression diplomatique de « technologie crypto » se cachent en fait les cryptomonnaies. Or, le FMI admet implicitement leur meilleure efficacité que le système actuel en matière de paiement. On peut alors y voir une façon de soutenir les projets de monnaies numériques de banque centrale (MNBC ou CBDC pour Central Bank Digital Currencies).

On sait que ces projets utilisent en grande partie la technologie issue des cryptomonnaies, tant en centralisant l’entièreté de l’émission monétaire. Une façon de dire pour le FMI qu’il soutient un Bitcoin centralisé et aux mains des banques centrales.

👉 Pour aller plus loin – FMI : les banques centrales doivent coexister avec les monnaies privées

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l’actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c’est tout.

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page présente des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article sont affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n’y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués. Cryptoast n’est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l’utilisation d’un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d’entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.

A propos de l’auteur : Benjamin Allouch

twitter-soothsayerdata

Anciennement juriste spécialisé en droit des données personnelles et du numérique, je me suis très vite intéressé au Bitcoin, à la technologie blockchain et à leurs implications juridiques. Je suis aujourd’hui consultant indépendant et rédacteur dans le domaine des cryptomonnaies et de la blockchain.
Tous les articles de Benjamin Allouch.

Voir l’article original sur cryptoast.fr

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %