La justice ordonne à la société du pharaon des bitcoins de restituer de l’argent à l’investisseur

La justice ordonne à la société du pharaon des bitcoins de restituer de l’argent à l’investisseur

Un investisseur non professionnel en crypto-monnaie a intenté une action en justice contre GAS Consultoria, la société du pharaon des bitcoins, et a obtenu le droit de récupérer son argent.

La décision, rendue par les juges de la Cour de justice du district fédéral et des territoires (TJDFT) a été unanime. Ainsi, il espère maintenant récupérer les 59 900,00 R$ qu’il a perdus avec l’entreprise qui a agi avec des promesses de 10 % par mois.

Il convient de rappeler que GAS Consultoria est l’une des entreprises faisant l’objet d’une enquête de la police fédérale au Brésil. Depuis 2021, la PF enquête sur les crimes commis par l’entreprise et ses dirigeants contre des investisseurs, dans le cadre de l’opération Kryptos.

Les investisseurs ont le droit de récupérer leur argent

Dans le processus qui se déroule dans la capitale du Brésil, la 7e chambre civile du TJDFT a analysé la demande d’un investisseur pour récupérer son argent. Pendant que la société GAS travaillait, il a investi 663 000 BRL dans 10 contrats différents.

La société, dont le siège est à Cabo Frio (RJ), avait restitué une partie des bénéfices au plaignant, des mois avant l’opération Kryptos. Cependant, en août 2021, alors qu’il restait 59 900,00 R$ à recevoir, l’auteur affirme que ses revenus ont été suspendus unilatéralement.

Ainsi, il a déposé une demande de remboursement des sommes, puisque son contrat a pris fin en mars 2021 et qu’il n’avait plus accès à son argent. En analyse, la classe de juges a convenu que le contrat avait perdu sa validité juridique et a annulé l’instrument.

De plus, il a décidé que l’homme a droit au remboursement du montant dû, mais sans les revenus promis par l’entreprise.

La justice refuse la reconnaissance de revenus à un investisseur

Dans la sentence, les juges ont expliqué que l’objet du contrat est illicite et illégal et, par conséquent, doit être annulé et les parties renvoyées. Ils ont également souligné que la société avait déjà d’autres poursuites intentées contre elle avec d’autres personnes lésées.

Enfin, la décision rappelle que le pouvoir judiciaire ne peut garantir le revenu promis à l’homme, car celui-ci consisterait en « un sceau du pouvoir judiciaire pour la pratique illégale mise en œuvre par le prévenu, qui ne peut être admise, sous peine que seuls quelques participants obtiennent le paiement de sommes, au détriment de tous les autres ».

Lors du jugement de l’appel, la Chambre civile a décidé que les intérêts réclamés par le demandeur n’étaient pas dus et qu’il ne restait plus qu’à restituer la somme investie, sous peine d’enrichissement sans cause.

Il a souligné le fait que le contrat est considéré comme nul et que, par conséquent, ses clauses ne peuvent être appliquées. Enfin, il a expliqué que les intérêts « extrapolent tout revenu licite du marché monétaire officiel et ne peuvent chercher à tirer un revenu de ce qui est illégal, immoral et indu ».

Selon les informations du TJDFT, la décision des juges a fait preuve d’unité en statuant à l’unanimité sur l’affaire.



Voir l’article original sur livecoins.com.br