L’effondrement de l’écosystème Terra a attiré l’attention des régulateurs en Corée du Sud

Temps de lecture :2 Minutes, 7 Secondes

Le mardi 24 mai, les régulateurs financiers ont tenu une réunion d’urgence à l’Assemblée nationale de Corée du Sud concernant l’impact potentiel de l’effondrement de Terra. C’est ce que rapportent les médias locaux, citant des déclarations ministérielles.

L’audience s’est déroulée en présence de représentants du Financial Supervisory Service (FSS), de la Fair Trade Commission (FTC) et de la Financial Services Commission (FSC).

Réduisez vos frais d’échanges
Les frais d’échanges peuvent représenter plusieurs centaines de dollars chaque année. Pour cette raison, les bons tradeurs cherchent à les réduire car ils peuvent impacter fortement leurs résultats. Vous aussi vous pouvez le faire grâce aux liens ci-dessous :

Selon l’agence de presse Yonhap, l’unité de renseignement financier du FSC a qualifié l’incident, au cours duquel l’équipe de Terra a laissé l’offre de la crypto-monnaie LUNA se déchaîner dans le but de stabiliser le prix de l’UST, de « tourbillon mortel ».

Selon les enquêteurs, avant l’effondrement de l’écosystème du projet en Corée du Sud, les détenteurs de LUNA étaient environ 100 000 personnes. 10 jours après que l’UST ait perdu la parité avec le dollar américain, leur nombre est passé à 180 000.

Le FSC envisage d’établir un cadre réglementaire pour réglementer les stablecoins et le secteur DeFi.

« En raison des caractéristiques des actifs virtuels telles que la décentralisation et l’anonymat, ainsi que de leur nature transfrontalière, il est nécessaire d’assurer la cohérence avec les normes mondiales et de renforcer le système coopératif pour assurer une réglementation efficace », a noté le département.

Lors de la réunion, le vice-président senior de la FSS, Li Changwoo, a déclaré que l’agence prévoyait de procéder à des inspections des entreprises qui fournissent des services financiers liés à Terra, écrit Money Today.

Le responsable a qualifié de « peu probable » la possibilité que la crise affecte les marchés traditionnels. Cependant, pour atténuer les risques, le ministère prendra des mesures.

La FSS convoquera également un groupe de recherche qui se concentrera sur l’analyse des risques associés aux crypto-monnaies. L’objectif est de classer les actifs numériques en fonction du degré de fiabilité.

La FTC, à son tour, entend vérifier la conformité des échanges de bitcoins avec les recommandations de la Commission concernant les accords d’utilisation, rapporte l’agence de presse Yonhap.

En 2021, le régulateur a demandé à 16 entreprises locales, dont Bithumb et Dunamu, d’ajuster les contrats types car il les considérait comme « défavorables pour les clients ».

Rappelons qu’auparavant, les médias avaient rapporté qu’en Corée du Sud, un groupe interministériel composé de procureurs et de régulateurs financiers enquêterait sur l’effondrement de Terra.

Abonnez-vous aux actualités de ForkLog sur Telegram : ForkLog Feed – le fil d’actualités complet, ForkLog – les actualités, les infographies et les opinions les plus importantes.

Vous avez trouvé une erreur dans le texte ? Sélectionnez-le et appuyez sur CTRL + ENTRÉE

Voir l’article original sur forklog.com