Un problème dans la chaîne Beacon menace le changement qui doit se produire dans le réseau Ethereum

Temps de lecture :4 Minutes, 27 Secondes

La chaîne Beacon, le réseau qui sera la clé de la fusion Ethereum, prévue plus tard cette année, a subi un risque de sécurité accru possible connu sous le nom de «réorganisation» de la blockchain mercredi (25).

Une réorganisation ou « réorganisation » peut se produire soit par une défaillance du réseau, soit par un bogue, soit par une attaque de pirate informatique malveillante, entraînant temporairement une version dupliquée d’une blockchain. Plus une réorganisation dure longtemps, plus les conséquences sont graves.

La réorganisation de Beacon Chain s’est étendue sur sept blocs – la plus grande réorganisation depuis des années, selon Martin Köppelmann, PDG et co-fondateur de Gnosis, un fournisseur de services de financement décentralisé (ou DeFi).

Les craintes que le réseau ait été compromis ou présentent des défauts – retardant le futur processus de fusion d’Ethereum – peuvent s’être glissées dans le prix de la pièce. Jeudi, le jeton ETH est en baisse de 9,5 %, s’échangeant à 1 785 $.

Beacon Chain, lancée le 1er décembre 2020, a commencé à jalonner nativement la blockchain Ethereum. Le jalonnement, le processus qui consiste à allouer des actifs à un réseau, est la façon dont les validateurs deviennent éligibles pour ajouter des blocs à la blockchain, un principe majeur du modèle de consensus de preuve de participation (ou PoS).

La fusion Ethereum, anciennement connue sous le nom d' »Ethereum 2.0″, est une mise à jour importante et attendue depuis longtemps du réseau actuel et marquera la transition de la preuve de travail (ou PoW) à la preuve d’enjeu. La fusion, prévue pour août, combinera la chaîne Beacon avec le réseau principal Ethereum. Cela signifie que des problèmes dans la chaîne Beacon peuvent retarder la fusion.

travailler à l’avance

Köppelmann a parlé de la réorganisation d’Ethereum sur son Twitter, indiquant ce qui est la preuve qu’il reste du travail à faire avant la fusion.

« Cela montre que la stratégie actuelle du nœud de contrôle en amont devrait être reconsidérée pour éventuellement aboutir à une blockchain plus stable », a-t-il tweeté.

Une réorganisation se produit lorsque deux mineurs différents commencent à travailler sur l’ajout de blocs de transactions avec une difficulté similaire à la blockchain en même temps. Cela crée un fork – ou une version dupliquée de la blockchain.

Un mineur qui ajoute le bloc suivant doit choisir quel côté de la fourche est la blockchain correcte ou canonique. Lorsque cela est fait, l’autre blockchain est ignorée.

Une réorganisation en sept blocs signifie que le fork qui a été ignoré avait sept blocs de transactions avant que le réseau ne décide qu’il ne s’agissait pas de la blockchain canonique. Chaque bloc de la blockchain Ethereum contient entre 200 et 300 transactions et a une valeur de 2 ETH (soit environ 3 600 $), selon l’explorateur de blocs Etherscan.

Lorsqu’il existe deux versions concurrentes d’une blockchain, même pour un instant, il y a un risque que quelqu’un utilise deux fois les mêmes actifs.

Lorsque cela est fait de manière nuisible, comme dans l’attaque du portefeuille Zengo en 2020, on parle d’attaque à double dépense.

Dans cette attaque, les fraudeurs envoient une transaction avec des frais minimes, puis l’écrasent immédiatement en augmentant les frais (afin que les mineurs soient encouragés à vérifier d’abord la nouvelle transaction la plus rentable) et redirigent les fonds vers une autre adresse.

Mais dans ce cas, la raison de la réorganisation et le potentiel de double dépense semblent avoir été bénins.

Le logiciel que les mineurs utilisent a une méthode pour déterminer quel côté de la fourche choisir – c’est la stratégie de prévol à laquelle Köppelmann faisait référence.

Les tweets de Köppelmann ont attiré l’attention de certains développeurs d’Ethereum. Le fondateur Vitalik Buterin lui-même s’est joint à la conversation pour approfondir une théorie selon laquelle le problème avait été causé par des mineurs qui exécutaient des versions obsolètes du logiciel de minage.

C’était une réponse opportune.

En 2021, Buterin et Georgios Konstantopoulos, directeur de la technologie chez Paradigm, ont abordé la question des réorganisations dans un article, affirmant qu’une réorganisation de plus de cinq blocs serait le signe d’une attaque nuisible.

Ils ont expliqué que les réorganisations courtes, un et deux blocs, se produisent tout le temps en raison de la latence du réseau.

« Parfois, la malchance entraîne des réorganisations de deux à cinq blocs », ont déclaré Buterin et Konstantopoulos. « Les réorganisations plus importantes sont toujours dues à une panne réseau extrême, à des bogues clients ou à des attaques malveillantes. »

Cependant, comme l’a expliqué le développeur Terrence Tsao dans une série de tweets, la réorganisation de mercredi, bien qu’elle ait duré assez longtemps pour susciter beaucoup d’inquiétude, n’a peut-être été qu’un autre cas de malchance.

*Traduit par Daniela Pereira do Nascimento avec la permission de décrypter.co.



Voir l’article original sur portaldobitcoin.uol.com.br