Un député dénonce des hommes d’affaires pour des investissements présumés frauduleux via Amazon Bank et le groupe Lotus

Temps de lecture :9 Minutes, 3 Secondes

Le parquet fédéral (MP) a dénoncé huit hommes d’affaires accusés d’exploiter un réseau de sociétés financières qui ont conseillé des investissements frauduleux et à haut risque, selon un communiqué publié par l’institution mardi (24).

Les opérations irrégulières, sans autorisation de la Banque centrale, impliqueraient les crypto-monnaies, le forex, les options binaires (IQ Option) et le trading à haute fréquence (HFT). En plus des investissements, les prévenus offraient des services tels que l’ouverture de compte en ligne, des services de cartes de crédit et des assurances.

Selon une enquête du Groupe d’action spécial pour lutter contre le crime organisé (Gaeco), le stratagème tournait autour des sociétés Amazon Bank, Group Lotus Corporate et Lotus Business Center. L’accusé aurait déplacé des millions de reais de victimes capturées dans les États d’Amazonas, Pará, Rio Grande do Norte et Roraima.

Le député affirme que la cible principale du stratagème était les fonctionnaires. Ils seraient encouragés à emprunter auprès de leurs propres banques pour investir dans ces entreprises.

Les services ont été rendus publics sur Internet, avec l’utilisation des réseaux sociaux pour parler d’investissements, faire de la publicité avec le «sceau d’approbation» de célébrités et montrer la richesse supposée obtenue grâce à des investissements, en plus de faire connaître les parrainages et les événements.

Après que les victimes eurent déposé l’argent, une partie était destinée aux comptes personnels des huit hommes d’affaires inculpés, via les comptes de sociétés écrans.

Selon le député, « les membres du régime menaient une vie luxueuse, constamment annoncée sur Internet comme un moyen de renforcer l’image de la réussite professionnelle en tant que propriétaires de banques et investisseurs sur le marché financier ».

Les autres valeurs ont été utilisées pour alimenter le schéma criminel.

Le MPF demande la condamnation des prévenus pour les délits d’exploitation d’un établissement financier sans autorisation, d’offre de valeurs mobilières sans autorisation CVM, de gestion frauduleuse d’un établissement financier, de gains illicites par des procédés frauduleux, d’exercice de conseil en investissement non autorisé et d’organisation criminelle.

L’affaire est actuellement en cours d’analyse par la Justice, qui décidera si les accusés sont coupables ou non. Le procès est pendant devant le 2e Tribunal fédéral d’Amazonas, sous le numéro 1031746-66.2021.4.01.3200.



Voir l’article original sur portaldobitcoin.uol.com.br