Les terroristes et les criminels adoptent Dogecoin, selon une étude

Temps de lecture :3 Minutes, 27 Secondes

Dogecoin (DOGE) est de plus en plus lié à des activités illicites, y compris des systèmes pyramidaux, le financement du terrorisme et du matériel d’exploitation sexuelle d’enfants (CSAM). C’est du moins la conclusion d’un nouveau rapport publié par la société d’analyse blockchain Elliptic.

Selon le rapport, la popularité croissante de la crypto-monnaie meme, en plus des investisseurs légitimes, a également attiré l’attention des criminels, car « des millions de dollars de transactions dogecoin liées à des activités illicites » ont été identifiées.

« Bien que la grande majorité de cette activité consiste en des fraudes, des escroqueries et des systèmes pyramidaux, elle comprend également les types de crimes les plus graves, y compris le financement du terrorisme et les vendeurs de matériel d’exploitation sexuelle d’enfants (ou CSAM) », a expliqué Elliptic.

Réduisez vos frais d’échanges
Les frais d’échanges peuvent représenter plusieurs centaines de dollars chaque année. Pour cette raison, les bons tradeurs cherchent à les réduire car ils peuvent impacter fortement leurs résultats. Vous aussi vous pouvez le faire grâce aux liens ci-dessous :

Aperçu de l’utilisation illicite du dogecoin (Image : Elliptic)

En soulignant « l’adhésion croissante » de dogecoin au financement du terrorisme, le rapport cite une ordonnance de confiscation de juillet 2021 de 84 adresses cryptographiques par le Département national israélien de lutte contre le financement du terrorisme. Le département pensait que ces adresses étaient liées au groupe radical Hamas ou utilisées dans des activités liées au terrorisme.

Parmi les adresses cryptographiques figuraient des portefeuilles contenant plus de 40 000 $ en DOGE.

Le rapport a également signalé un « nombre restreint mais croissant » de vendeurs de CSAM opérant à la fois sur le dark net et sur Internet et recevant des paiements en dogecoin.

Bien que, dans ce cas, la quantité de dogecoin identifiée par Elliptic soit faible – moins de 3 000 dollars – les analystes avertissent qu’elle met en évidence un « appétit des acteurs criminels pour adopter une grande variété de crypto-monnaies dans le but de passer inaperçu ».

Escroqueries et systèmes pyramidaux

Selon Elliptic, les crimes « les plus médiatisés » liés au dogecoin sont les vols, les escroqueries et les systèmes pyramidaux.

Selon la société, jusqu’à présent, elle a identifié plus de 50 exemples de vols, de fraudes et de systèmes pyramidaux qui ont aidé les criminels à gagner « des centaines de millions de dollars en dogecoin ».

Il s’agit notamment du stratagème PlusToken Ponzi de 6 milliards de dollars, qui a entraîné la confiscation de plus de 20 millions de dollars en DOGE par les autorités chinoises en 2020 et un vol présumé de 119 millions de dollars en dogecoin lié à un stratagème turc de Ponzi. 2021.

Les extrémistes d’extrême droite adoptent les crypto-monnaies

Les groupes d’extrême droite – lorsqu’ils sont exclus des méthodes traditionnelles de collecte de fonds – se sont également tournés vers les crypto-monnaies, y compris le dogecoin, selon Elliptic.

Selon l’entreprise, ils comprennent plusieurs sites d’information, blogs et plateformes de partage de vidéos d’extrême droite.

Un site d’information appelé guerres d’informationqui prétend «combattre le mondialisme et promouvoir un avenir pro-humain dans le monde entier», a jusqu’à présent recueilli plus de 1 700 $ (ou 1 383 £) en dogecoin.

Les conclusions d’Elliptic reflètent celles du Groupe d’action financière (ou GAFI/FAFT) qui, en 2021, a signalé que les groupes d’extrême droite se tournent de plus en plus vers les crypto-monnaies, notamment le bitcoin (BTC) et les pièces de confidentialité.

Dogecoin, qui a été fortement promu ces derniers mois par le PDG de Tesla, Elon Musk, est la 10e plus grande crypto-monnaie au monde avec une capitalisation boursière de 8 milliards de dollars.

*Traduit par Daniela Pereira do Nascimento avec la permission de décrypter.co.



Voir l’article original sur portaldobitcoin.uol.com.br