L’échange de crypto-monnaie annonce son départ du Venezuela et blâme les sanctions américaines

Temps de lecture :3 Minutes, 33 Secondes

Les sanctions économiques américaines forcent l’échange de crypto-monnaie Uphold à quitter le Venezuela – cette fois, pour de bon. Dans un communiqué publié sur son site Internet, la maison de courtage britannique a souligné ce jeudi (23) qu’elle suspendait son soutien au Venezuela en raison de la « complexité croissante du respect des sanctions américaines ».

« Nous prenons cette mesure avec beaucoup de réticence », déclare la société, ajoutant que les utilisateurs vénézuéliens devraient retirer leurs fonds dès que possible. Les utilisateurs ont jusqu’au 31 juillet pour retirer leurs bitcoins (BTC) et autres crypto-monnaies de leurs portefeuilles et verront leurs comptes complètement restreints à partir du 30 septembre.

Dans un e-mail envoyé aux utilisateurs, Uphold a affirmé qu’il avait l’intention de retourner au Venezuela « dès que les changements dans la politique américaine le permettront ».

Les sanctions américaines imposées au gouvernement de Nicolás Maduro ont été un énorme obstacle à l’émergence de sociétés de crypto-monnaie au Venezuela, bien qu’il ait l’un des taux d’adoption de crypto-monnaie les plus élevés au monde. En 2020, l’échange de crypto-monnaie peer-to-peer Paxful a pris une décision similaire de quitter le pays.

« En raison des inquiétudes concernant l’environnement réglementaire au Venezuela et la propre tolérance au risque de Paxful, nous avons le regret de vous informer que Paxful cessera ses activités au Venezuela », a annoncé la plateforme dans un communiqué partagé avec le décrypter en saison.

Les Vénézuéliens réagissent au départ d’Uphold

Comme prévu, la décision a déjà attiré l’ire des Vénézuéliens. Anibal Garrido, un conseiller local en crypto-monnaie qui avait de l’expérience dans l’utilisation d’Uphold comme un échange « rapide, sécurisé et confortable », a déclaré qu’il était regrettable qu’Uphold ait été contraint de quitter le Venezuela pour des raisons politiques.

« C’est une initiative malheureuse qui met en évidence que la dépendance à l’égard des systèmes décentralisés a ses conséquences », a-t-il déclaré. décrypter. « J’exhorte les utilisateurs à réfléchir à l’importance de l’auto-garde des crypto-monnaies. »

Cette décision met fin à l’incertitude à laquelle les utilisateurs vénézuéliens ont été confrontés lors de plusieurs vagues de fermetures soudaines de comptes par l’entreprise. En 2019, le décrypter avait signalé que plusieurs utilisateurs vénézuéliens avaient vu leurs comptes bloqués après s’être conformés aux exigences extraordinaires d’identification des clients (ou KYC) de l’entreprise.

Les Vénézuéliens soupçonnaient que les fermetures de comptes étaient la conséquence de sanctions supplémentaires récemment imposées par les États-Unis.

A l’époque, le décrypter avait demandé au PDG d’Uphold, Juan Pablo Thieriot, si les sanctions américaines avaient un impact sur la capacité de l’entreprise à opérer au Venezuela. « Uphold s’engage pleinement à respecter les lois applicables dans chaque juridiction dans laquelle [a empresa] opéra », répondit Thieriot.

Avec le départ d’Uphold, les Vénézuéliens perdent une autre option pour convertir des crypto-monnaies et recevoir des transferts. Cependant, il existe toujours des alternatives aussi sûres que Uphold.

Parmi les plus connus figurent la plateforme peer-to-peer LocalBitcoins, la place de marché peer-to-peer sur Binance, les bourses décentralisées (ou DEX) comme Uniswap, les plateformes publiques Patria et PetroApp, ainsi que les bourses de crypto-monnaie légalement autorisées par le gouvernement et opérant dans le pays.

Pendant ce temps, le Venezuela reste le plus grand pays de commerce peer-to-peer d’Amérique latine, avec un volume de plus de 4,7 millions de dollars cette semaine, selon Useful Tulips.

*Traduit par Daniela Pereira do Nascimento avec la permission de décrypter.co.



Voir l’article original sur portaldobitcoin.uol.com.br