Le lancement des NFT de National Geographic révolte le public du magazine : « Supprimez-le »

Temps de lecture :11 Minutes, 18 Secondes

Le magazine National Geographic traditionnel a lancé cette semaine ses premiers NFT (jetons non fongibles) sur le réseau Polygon et a publié un manuel expliquant la technologie sur les réseaux sociaux, provoquant la colère totale de centaines de fans de la publication vieille de 135 ans, centrée sur le univers de la nature.

Les comptes Instagram, Twitter et Facebook de NatGéo a publié une image d’un NFT de la collection Bored Ape Yacht Club (BAYC), avec une légende détaillant la montée des NFT – des jetons uniques sur une blockchain qui signifient la propriété d’un certain actif.

Les publications sur les réseaux sociaux ont été conçues pour préparer le large public du magazine à la votre propre chute NFT sur le réseau Polygon, qui a eu lieu mardi (17) et présente le travail de 16 photographes différents, dont Justin Aversano, Reuben Wu, Cath Simard et John Knopf.

Réduisez vos frais d’échanges
Les frais d’échanges peuvent représenter plusieurs centaines de dollars chaque année. Pour cette raison, les bons tradeurs cherchent à les réduire car ils peuvent impacter fortement leurs résultats. Vous aussi vous pouvez le faire grâce aux liens ci-dessous :

Le soulèvement

La réponse de NatGeo à la simple mention des NFT sur leurs comptes de médias sociaux a suscité un nombre écrasant de commentaires négatifs, qualifiant les NFT de « bulle qui a déjà éclaté », de « conneries », d' »espèce éteinte » et même « d’une autre façon de blanchir de l’argent ».

Beaucoup ont demandé à NatGeo de « supprimer ceci ».

D’autres ont affirmé que les NFT étaient une « arnaque » financière, annulant de fait tout avantage de la technologie, même avec le fait que ce sont les gens, et non la technologie elle-même, qui créent des escroqueries par hameçonnage et des « tirs de tapis » en utilisant les NFT.

Même le responsable de compte du photographe acclamé Ansel Adams est intervenu, répondant à la publication Instagram de NatGeo sur les NFT par un simple « Non ».

Image de la collection Bored Ape sur les réseaux sociaux de NatGeo

Ce type de réaction contre les NFT est loin d’être nouveau. Netflix a vu la même chose l’année dernière lorsqu’il a créé des NFT gratuits dans le cadre de ses promotions pour la dernière saison de « Stranger Things ». Et l’industrie du jeu a connu une réaction continue et constante de la part des éditeurs de jeux et des joueurs eux-mêmes qui méprisent la technologie.

NatGeo est très suivi, avec 256 millions de personnes sur Instagram, 49 millions sur Facebook et près de 29 millions sur Twitter. Malgré toute la haine, la publication Instagram sur les NFT a tout de même reçu plus de 100 000 likes.

Même avec la vague de colère, il est à noter que NatGeo a choisi de lancer les NFT à un moment où leur volume de transactions n’est qu’une partie de ce qu’il était autrefois. Selon un panel de Dune Analytics, Polygon n’a vu que 15,39 millions de dollars de volume total de NFT échangés sur OpenSea le mois dernier, une chute spectaculaire de 80,5% par rapport à son niveau record d’environ 79,45 millions de dollars il y a un an.

Les créateurs NFT rejoignent la bataille

Alors que la plupart des 3 000 commentaires Instagram et près de 200 commentaires Facebook étaient négatifs, certains artistes NFT sont intervenus pour suggérer que la plupart des émeutiers n’étaient tout simplement pas assez informés sur les NFT.

« Bienvenue dans la section des commentaires, ici vous serez témoin d’une marée de gens qui détestent ce qu’ils ne comprennent pas dans leur habitat naturel », a écrit l’artiste Ryan Hawthorne, qui a lancé les NFT avec la prestigieuse maison de vente aux enchères Sotheby’s.

« Il est dommage que la plupart de ceux qui commentent négativement n’aient pas pris le temps de se renseigner sur les applications utiles et les problèmes que la technologie résout / a le potentiel de résoudre », a déclaré Betty, co-fondatrice du projet Ethereum NFT Deadfellaz.

Mais tous les créateurs et artistes NFT qui ont répondu ne sont pas venus à la défense de NatGeo. L’artiste NFT Chuck Anderson, qui s’appelle nopattern, a critiqué le magazine pour avoir utilisé une image d’un BAYC NFT.

« De tous les projets, artistes et concepts incroyables de l’écosystème NFT, BAYC est de loin l’exemple le plus grossier et le plus insipide », a écrit Anderson. « Dommage qu’ils enseignent aux gens les NFT avec des exemples comme celui-ci. »

Mettre à jour

Suite à la production de cette histoire, National Geographic a supprimé ses publications sur les réseaux sociaux mettant en vedette le NFT de Bored Apes de ses chaînes Instagram, Twitter et Facebook. Apparemment, les ennemis ont gagné.

*Traduit par Gustavo Martins avec la permission de décrypter.

  • Avez-vous pensé à insérer votre entreprise dans la nouvelle économie numérique ? Si vous avez un projet, vous pouvez le tokeniser. Cliquez iciinscrivez-vous au programme Tokenize Your Idea et entrez dans l’univers du Web 3.0 !



Voir l’article original sur portaldobitcoin.uol.com.br