Le gouvernement américain a déclaré la guerre au marché des crypto-monnaies ?

Temps de lecture :16 Minutes, 1 Secondes

Lundi, le département du Trésor américain a ajouté le mélangeur de crypto-monnaie Tornado Cash et diverses adresses associées au service à sa liste de «ressortissants spécialement désignés» – une classification généralement réservée aux organisations terroristes et aux nations ennemies.

Ce faisant, le Trésor interdit à tous les Américains d’utiliser Tornado Cash, un outil qui permet aux utilisateurs de cacher les traces publiques de leurs crypto-monnaies en mélangeant les transactions. Le site Web de Tornado Cash est indisponible depuis trois jours.

Le Trésor a défendu sa décision en citant plusieurs exemples où le service a été utilisé pour blanchir de l’argent par de mauvais acteurs, notamment l’organisation de piratage parrainée par le gouvernement nord-coréen Lazarus Group et les individus qui ont volé 7,8 millions de dollars dans le piratage du pont. Nomade la semaine dernière.

Dans les jours qui ont suivi l’annonce, certains dirigeants de la cryptographie ont affirmé que l’interdiction était non seulement injuste, mais aussi une menace illégale et existentielle pour la vie privée des utilisateurs – peut-être la doctrine la plus sacrée d’une industrie formée dès ses débuts par des principes libéraux et antigouvernementaux. .

Des experts et des chefs de file de l’industrie qui se sont entretenus avec le décrypter ont des points de vue différents sur la légalité et l’opportunité de l’interdiction.

La plupart ont convenu que l’initiative a conduit à une forte escalade des hostilités entre les défenseurs de la vie privée en deuil dans l’industrie de la cryptographie et le gouvernement fédéral américain – un événement qui pourrait façonner l’industrie pour les années à venir.

Sanction en espèces pour tornade : bonne, mauvaise ou neutre ?

Le statut du service en tant que contrat intelligent est fondamental pour les problèmes juridiques et éthiques posés par l’interdiction de Tornado Cash.

Comme de nombreux protocoles de finance décentralisée (DeFi), Tornado Cash est un programme automatisé qui n’exige pas que les employés maintiennent ou surveillent son fonctionnement.

Pour certains, le fait qu’aucune personne ne soit impliquée dans les opérations quotidiennes de Tornado Cash indique que le service est, après tout, un code, sans mission ni intention implicite.

« Tornado Cash est un outil, comme n’importe quel autre, qui peut être utilisé pour le meilleur ou pour le pire », a déclaré Preston Van Loon, développeur principal d’Ethereum. décrypter.

Ameen Soleimani, l’un des co-fondateurs de Tornado Cash, a toujours déclaré que le service n’avait jamais été créé pour servir les blanchisseurs d’argent, mais pour les utilisateurs de crypto au détail qui visent à protéger la confidentialité de leurs données financières.

« Nous ne l’avons pas créé pour le blanchiment d’argent ou quoi que ce soit du genre », a déclaré Soleimani dans un chat Twitter Spaces mercredi. « C’était assez inoffensif pour ce pour quoi nous avons essayé de l’utiliser… [Era] juste pour nous protéger.

Pour de nombreux partisans de Tornado Cash, le fait que le service ait été truqué par des utilisateurs malveillants n’a rien à voir avec l’objectif de l’outil. Ainsi, le raisonnement est le suivant : « Les mélangeurs de crypto-monnaie ne blanchissent pas d’argent. Ceux qui blanchissent de l’argent sont des criminels.

En ce sens – sévir contre la technologie, pas contre les personnes qui l’ont utilisée (aucune personne n’a été enregistrée par le Trésor, mais les sites Web et les adresses de portefeuille) – certains considèrent que l’interdiction de Tornado Cash est distincte de toute autre réglementation cryptographique qui ait jamais émergé.

« C’est la première fois que je vois un logiciel mis hors ligne », a déclaré Matthew Green, professeur d’informatique à l’université Johns Hopkins, dans un communiqué. décrypter. « C’est un peu extraordinaire. »

D’autres jugent la situation moins exceptionnelle.

« Si cela ressemble à une entreprise, marche comme une entreprise et klaxonne comme une entreprise, vous pouvez la réglementer comme une entreprise », a expliqué Brian Fyre, professeur de droit à l’Université du Kentucky. « Et peu importe comment vous l’appelez ou le caractérisez. »

Pour Fyre, si Tornado Cash fournit un service et facture des frais, même s’il n’y a personne pour répondre au téléphone, il s’agit d’un discours commercial et non protégé par le premier amendement, selon certains. suggéré.

Et même si les créateurs de Tornado Cash n’autorisent pas toutes (ou toutes) les transactions de leur site, Fyre pense que la loi est claire sur le fait qu’ils sont toujours sur la corde raide si les activités illégales représentent une part importante du trafic du site.

« Le tribunal veillera à ce qu’une partie importante du trafic du service soit [usado] à des fins illégales et vous le savez et vous n’avez jamais rien fait pour essayer de l’arrêter », a expliqué Fyre.

« Le fait qu’il s’agisse d’un discours ne le protège pas nécessairement. Si c’est un discours illégal, c’est illégal », a-t-elle ajouté.

le sommet de l’iceberg

Ceux qui sont convaincus de la neutralité à peine voilée de Tornado Cash craignent que la décision de cette semaine ne soit que la pointe d’un iceberg. Pour eux, le gouvernement américain peut désormais justifier l’interdiction de tout service ou produit au motif que il peut être utilisé pour parvenir à une fin terrible.

« Ils peuvent le faire avec n’importe quoi », a déclaré Chris Blec, représentant de MakerDAO. décrypter. « Demain, ils pourront dire que le beurre de cacahuète est illégal : si vous l’achetez, l’utilisez, le mangez, vous serez arrêté. C’est ce qu’on appelle le totalitarisme.

Blec pense qu’en ce qui concerne le secteur de la cryptographie, le gouvernement américain ne sera pas satisfait tant que la possibilité pour les gens d’effectuer des transactions d’argent numérique de manière anonyme ne sera pas éliminée.

« Il n’y a pas de crypto-monnaies qui ne peuvent pas être utilisées par de mauvaises personnes », a déclaré Blec. « Ainsi, toutes les technologies de blockchain ouvertes sont sensibles à ce type d’attaque. La seule façon pour le gouvernement de résoudre ce problème est d’avoir une pleine connaissance [da identidade] de chaque [dos usuários].”

Bien sûr, ce n’est pas vrai pour beaucoup de ceux qui font partie d’une communauté créée sur les principes de décentralisation, de confidentialité et d’anonymat.

Et les conséquences de l’interdiction de Tornado Cash commencent à se faire sentir dans la communauté crypto, car beaucoup doivent maintenant choisir entre se conformer aux lois ou adhérer à de tels engagements idéologiques.

Considérez le fait qu’en plus d’interdire Tornado Cash, le département du Trésor a sanctionné une longue liste d’adresses Ethereum liées au service. Désormais, effectuer des transactions avec ces adresses équivaut, selon le gouvernement fédéral, à faire des affaires avec un groupe terroriste nord-coréen.

Toutes les transactions sur Ethereum sont approuvées par d’innombrables machines minières (mais cela changera bientôt après la fusion en septembre) réparties dans le monde entier, qui traitent des blocs de transactions en attente pour recevoir des récompenses financières.

Si un mineur devait approuver la transaction à partir d’une adresse sanctionnée par le Trésor, ce mineur aurait-il commis un crime comme s’il avait aidé une milice parrainée par l’Iran ?

Comment le gouvernement américain décidera-t-il de répondre – et éventuellement d’agir – à cet effet domino de la prohibition reste une question ouverte. Mais ce qui semble acquis, c’est que le réseau Ethereum n’aidera pas les utilisateurs à se conformer aux souhaits du gouvernement.

Lorsqu’on lui a demandé comment les mineurs d’éther devraient gérer le risque potentiel posé par la validation de transactions qui pourraient être illégales, le développeur principal d’Ethereum, Micah Zoltu, a répondu : « Ma grande recommandation aux gens est : ne soyez pas citoyen américain. . C’est trop dangereux. »

Zoltu a déclaré qu’Ethereum n’avait pas l’intention de créer des outils qui aident les utilisateurs à se conformer aux sanctions du Trésor américain et est allé jusqu’à dire que si les services de validation commencent à éviter les adresses sanctionnées, ils devraient être lourdement pénalisés.

« Je dirais que si la plupart des validateurs commençaient à censurer (dans ce cas, ils refusaient de créer des blocs contenant des transactions Tornado), qu’un hard fork activé par l’utilisateur les pénaliserait tous financièrement », a déclaré Zoltu.

« Si vous ne pouvez pas exécuter un validateur d’une manière résistante à la censure, vous ne devriez pas exécuter un validateur. »

Lorsqu’on lui a demandé si l’opinion de Zoltu reflétait celle des autres membres de la communauté Ethereum, la Fondation Ethereum a refusé de commenter.

Respecter ou défier les normes ?

Une telle attitude consistant à ne pas se conformer ouvertement à l’interdiction du Trésor a rapidement gagné du terrain dans la communauté crypto.

Certains pensent que la rébellion pourrait préparer l’industrie de la cryptographie à une bataille prolongée et sans précédent avec les régulateurs américains.

Matthew Green de l’Université Johns Hopkins estime qu’en réponse à l’interdiction de Tornado Cash, d’autres services similaires de confidentialité financière sont susceptibles de proliférer alors que les utilisateurs de crypto et les leaders de l’industrie tentent de réaffirmer leur engagement en faveur de la confidentialité et de la décentralisation.

«Je pense que vous verrez les technologies de confidentialité se répandre. Je pense que vous allez voir l’argent de plus en plus protégé par ces choses », a déclaré Green décrypter.

«Et ensuite, le Trésor devra prendre une décision: est-ce quelque chose de chirurgical qu’ils ont fait avec Tornado Cash, ou vont-ils prolonger cela? [essa proibição] à tous les systèmes de confidentialité ? »

Dans ce contexte, alors que le gouvernement américain exerce encore plus de pression sur l’industrie de la cryptographie pour réprimer l’anonymat financier, l’industrie est susceptible de réagir avec plus de résistance à ces réglementations et d’appliquer des technologies interdites.

« Peut-être que cela conduira à une guerre où il sera de plus en plus difficile d’être chirurgical avec des sanctions », a déclaré Green. « Et cela finira par être un problème de tout ou rien. Tout ce qui est en crypto devra être détruit ou arrêté.

La probabilité que ce scénario se produise est incertaine.

Mais si cette semaine fait allusion à quoi que ce soit sur la façon dont la communauté crypto pourrait réagir aux sanctions gouvernementales qui portent atteinte à la confidentialité des transactions cryptographiques, cette guerre sera longue.

*Traduit par Daniela Pereira do Nascimento avec la permission de décrypter.co.

Vous souhaitez négocier plus de 200 actifs numériques sur la plus grande bourse d’Amérique latine ? Découvrez le marché Bitcoin ! Avec 3,8 millions de clients, la plateforme MB a déjà traité plus de 50 milliards BRL d’échanges. Créez votre compte gratuit !



Voir l’article original sur portaldobitcoin.uol.com.br