La réaction «cypherpunk» aux attaques du gouvernement contre la confidentialité de Bitcoin

Temps de lecture :14 Minutes, 31 Secondes

Alors que le gouvernement américain renforce ses efforts réglementaires, les projets de défense de la vie privée sont de plus en plus dans le collimateur. La communauté crypto est inquiète – en particulier les «cypherpunks», défenseurs de la vie privée qui prêchent l’utilisation de la cryptographie – et les utilisateurs sont confrontés aux conséquences de l’interdiction de Tornado Cash et à la manière dont l’interdiction peut être mise en œuvre dans la pratique.

Mais dans les coulisses, les développeurs du réseau Bitcoin travaillent depuis des années pour préserver la confidentialité lors des transactions avec les crypto-monnaies.

« L’attaque ciblant un protocole open source (plutôt qu’un individu spécifique) est clairement une escalade dans la tentative d’intégrer les crypto-monnaies dans ce que les États-Unis considèrent comme leur cadre de contrôle financier », a déclaré Craig Raw, développeur chez Sparrow. Portefeuille, à décrypter.

« Voici l’importance de stocker des fonds sans liens KYC [identificação de clientes] devient évident et la lutte pour la confidentialité financière s’intensifie à nouveau.

Il y a ceux qui pensent que Bitcoin garantit la confidentialité, mais ce n’est pas vrai. À ses débuts, de nombreux utilisateurs de Bitcoin étaient naïfs et effectuaient des transactions en ligne avec la crypto-monnaie sans penser aux conséquences, y compris sur les marchés illégaux aux États-Unis. toile noire.

Actuellement, les autorités sont en mesure de relier les transactions du réseau Bitcoin à de vraies personnes, en tant que « rampes de sortie » – des plates-formes qui convertissent les crypto-monnaies en devises nationales –, telles que les échanges de crypto-monnaies, collectent des informations identifiables sur leurs clients.

Même les autorités ont déclaré qu’elles préféraient que les criminels utilisent l’actif, car il est facilement traçable. Bitcoin peut être de nature pseudonyme – l’identité de personne n’est enregistrée sur la blockchain – mais chaque transaction est enregistrée pour toujours.

« Nous avons déjà partagé tant de choses de nos vies en ligne et cette tendance se poursuivra sans aucun doute », a déclaré Christopher Ono, contributeur à la conception de Bitcoin. décrypter. « Après des décennies d’Internet, il est également devenu évident que le besoin de collecter/analyser/pirater/vendre des données est très fort pour de nombreuses entreprises privées, gouvernements et autres groupes. »

Il a ajouté que « les données sont utilisées contre nous » et que la couche supplémentaire de données financières dans une infrastructure publique peut aggraver les choses « bien pire ».

C’est pourquoi les développeurs travaillent à la création d’outils qui rendront les transactions sur le réseau Bitcoin presque introuvables. Nous listons ici quelques-uns de ces projets.

portefeuilles

Une façon de rendre Bitcoin plus secret consiste à utiliser certains portefeuilles. Plus précisément, les portefeuilles qui utilisent CoinJoin – une technologie qui regroupe les transactions pour masquer leurs origines. Actuellement, plusieurs projets utilisent des protocoles de mixage promettant des transactions quasi-anonymes qui protègent la vie privée des utilisateurs. CoinJoin en fait partie.

Les autorités fédérales américaines surveillent les protocoles de mélange. Cette semaine, le département du Trésor a interdit Tornado Cash, une application de mélange de crypto-monnaie qui permet aux utilisateurs d’envoyer de l’éther de manière anonyme – la première initiative de ce type.

Il est interdit aux citoyens américains d’utiliser l’outil ou d’interagir avec les adresses qui l’utilisent. Les développeurs et les utilisateurs de crypto tentent de faire face aux conséquences de cette interdiction et à la manière dont elle sera appliquée. Mais pour l’instant, le développement d’outils similaires utilisés pour les transactions en bitcoins se poursuit.

« Seul le temps nous dira comment l’issue de cette bataille se déroulera, mais à l’avenir, il n’y a pas de terrain d’entente », a expliqué Raw. « Soit nous aurons des outils pour que tout le monde ait de la vie privée, soit nous n’aurons aucune vie privée du tout. »

Wasabi Wallet est un projet qui utilise le réseau Tor pour chiffrer les communications. Tor est un logiciel qui permet aux utilisateurs d’anonymiser leur trafic Internet en l’envoyant via un réseau de serveurs exploités par des bénévoles.

Wasabi, un portefeuille de bureau, connecte les utilisateurs à des nœuds Bitcoin aléatoires, peer-to-peer, obscurcissant les transactions de sorte qu’il devient très difficile de savoir où va l’argent. En juin, il a lancé son dernier portefeuille, Wasabi 2.0.

Votre équipe a dit décrypter que la dernière version est la meilleure option pour l’anonymat car elle rendra « la confidentialité [uma opção padrão] pour tout le monde », avec une expérience utilisateur (ou UX) rapide et bon marché.

« Ce qui vous différencie [de outras carteiras] c’est l’expérience utilisateur », a expliqué Adam Fiscor, co-fondateur de zk-SNACKS, la société derrière Wasabi Wallet. Il a ajouté que la vie privée devrait être «sans friction et naturelle» et que Wasabi le fait; même un « non bitcoiner » peut comprendre comment l’utiliser.

Pourquoi quelqu’un voudrait-il utiliser Wasabi ? « De bonnes expériences utilisateur avec les produits de confidentialité sont nécessaires alors que nous nous dirigeons vers un monde où tout est en ligne », a déclaré Fiscor.

Rafe, un contributeur de longue date de Wasabi, a déclaré décrypter que Wasabi utilise un nouveau mécanisme CoinJoin qui masque plus de transactions qu’auparavant, ce qui signifie que plus de personnes peuvent profiter de la fonction de confidentialité de l’application.

Raw affirme que Sparrow Wallet peut rendre le bitcoin presque aussi privé que le monero (XMR), la plus grande pièce de confidentialité, dont la capitalisation boursière est de 3 milliards de dollars et est l’option préférée pour l’anonymat.

Onero utilise des « signatures en anneau » – des signatures numériques et cryptographiques qui ne peuvent pas être identifiées – il est donc très difficile de suivre les transactions avec cette crypto-monnaie.

Les transactions Bitcoin peuvent être suivies car tout est stocké sur une blockchain publique. Mais Raw dit que Sparrow peut atteindre un niveau de confidentialité similaire si l’utilisateur le souhaite.

« Il est possible, avec prudence, d’atteindre un niveau de confidentialité similaire à celui du monero », a-t-il déclaré au décrypter. « Fondamentalement, la réponse réside dans la question » combien d’anonymat est-ce que je veux « avec chaque transaction que vous effectuez. »

« En utilisant les outils de Sparrow, il est possible de faire [esse grau de anonimidade] assez énorme [para] que les probabilités de retracer l’origine des fonds sont suffisamment faibles pour [o rastreio] pratiquement impossible. »

Utilisation du réseau Lightning

Le moyen le moins connu de maintenir l’anonymat lors de l’utilisation de Bitcoin est peut-être via le Lightning Network. Il s’agit d’une « solution de deuxième couche » créée pour traiter le problème d’évolutivité de Bitcoin – en d’autres termes, elle permet de traiter plus de transactions à la fois. Ceci est possible en évitant l’utilisation de la blockchain principale de Bitcoin.

Cependant, il présente également des avantages en matière de confidentialité, car chaque transaction n’est pas stockée en permanence sur la blockchain principale. Au lieu de cela, plusieurs transactions sont regroupées puis enregistrées comme une seule transaction importante.

Ce n’est pas seulement utile pour les microtransactions (comme acheter une tasse de café au Salvador), mais aussi pour garder les paiements anonymes.

Evan Kaloudis, le développeur derrière Zeus, un portefeuille Lightning non privatif, a déclaré décrypter que lors de l’utilisation de Lightning, il est « pratiquement impossible » de savoir qui a payé quoi.

« Aujourd’hui, Lightning a plus de confidentialité pour les expéditeurs », a-t-il expliqué. « Votre patron ne doit pas être en mesure de voir où vous dépensez votre salaire. Le dépanneur où vous faites un petit achat ne devrait pas savoir combien d’argent vous avez ni où vous faites vos achats.

Mais il y a encore des problèmes de confidentialité sur le réseau Bitcoin, a ajouté Rafe, et ils doivent être résolus.

Car? Parce que la surveillance gouvernementale peut augmenter avec la monnaie numérique comme les monnaies numériques de la banque centrale (ou CBDC) – qui sont des versions numériques centralisées de monnaies nationales comme le dollar américain. Les CBDC pourraient, en théorie, être utilisées par de grandes entités pour surveiller ce que nous faisons.

Les gouvernements du monde entier sont à différents stades de développement ou de recherche de tels actifs et certains pays des Caraïbes ont déjà lancé leurs CBDC.

Mais peut-être que la plus grande préoccupation de la communauté crypto – ou de toute personne soucieuse de la vie privée – est une CBDC utilisée par un régime autoritaire, comme celui de la Chine, pour superviser la vie quotidienne de la population.

« Ce qui fait peur, c’est que les gouvernements renforcent également la surveillance de la finance traditionnelle avec les cartes de crédit carbone, les retraits d’espèces, les CBDC et les scores de crédit social », a expliqué Rafe. « Je ne pense pas qu’ils vont permettre [haja] concurrence monétaire ou un système différent avec des normes et des libertés différentes ».

« Si nous voulons une alternative, nous ferions mieux de la développer rapidement », a-t-il déclaré.

*Traduit par Daniela Pereira do Nascimento avec la permission de décrypter.co.

Vous souhaitez négocier plus de 200 actifs numériques sur la plus grande bourse d’Amérique latine ? Découvrez le marché Bitcoin ! Avec 3,8 millions de clients, la plateforme MB a déjà traité plus de 50 milliards BRL d’échanges. Créez votre compte gratuit !



Voir l’article original sur portaldobitcoin.uol.com.br