La première province du Canada lance une attaque contre les échanges de crypto-monnaie

Temps de lecture :2 Minutes, 57 Secondes

La Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (OSC), la principale province du Canada, a interdit l’échange de crypto-monnaie KuCoin et a donné un ultimatum à un autre échange, Bybit, imposant des amendes et donnant un délai de régularisation. Selon l’agence, qui réglemente le marché des capitaux dans la région, dans un communiqué publié mercredi (22), les deux sociétés opéraient de manière irrégulière dans la région avec des offres de titres.

«Les plates-formes étrangères de trading de cryptographie souhaitant opérer en Ontario doivent soit suivre les règles, soit faire face à des mesures d’exécution. Les résultats annoncés aujourd’hui devraient servir d’indication claire que nous refusons de tolérer le non-respect de la loi ontarienne sur les valeurs mobilières, a déclaré Jeff Kehoe, directeur de la CVMO, dans le communiqué.

Selon le document, Bybit, basé à Singapour, a conclu un accord avec le régulateur en payant à l’agence une amende d’environ 2,5 millions de dollars canadiens (environ 1,9 million de dollars américains) et en s’engageant à les régulariser, en plus de s’engager à ne pas accepter de nouvelles inscriptions de personnes de la province de l’Ontario.

« Bybit a répondu à l’action de surveillance de la CVMO, a maintenu un dialogue ouvert, a fourni les informations demandées et s’est engagé à participer aux discussions sur l’enregistrement », lit-on dans un extrait du document.

KuCoin, qui est basé dans les îles Seychelles, n’a pas accepté de travailler avec l’agence canadienne et a été interdit, a déclaré le régulateur: « La CVMO a obtenu avec succès des ordonnances interdisant définitivement à KuCoin de participer aux marchés financiers de l’Ontario. »

Comme l’explique l’agence, dans le processus qui a abouti à cette action, KuCoin a été condamné à une amende de 2 millions de dollars canadiens, plus les frais d’enquête.

Régulateur du Canada et Binance

Avec les actions récentes, la CVMO maintient sa position ferme contre les sociétés de crypto-monnaie où il y a des indications d’offres de titres. En mars de l’année dernière, l’oŕgã a averti que toutes les maisons de courtage devraient s’enregistrer afin de ne pas faire face à d’éventuelles « mesures réglementaires ».

Trois mois plus tard, et après avoir été averti par les régulateurs, Binance a informé que les clients canadiens devaient clôturer toutes les positions avant le 31 décembre. Cependant, lorsque la date est arrivée, l’OSC a publié une note de répudiation à Binance en raison de la rupture de l’accord.

Dans une note envoyée par courriel aux clients le 29 décembre, la maison de courtage a déclaré qu’elle avait pris les premières mesures pour obtenir sa licence au Canada et, par conséquent, serait en mesure de continuer à offrir ses services dans le pays.

« Binance a publié un avis aux utilisateurs, sans aucune notification à l’OSC, mettant fin à cet engagement. C’est inacceptable », avait écrit le régulateur à l’époque.

En mars de cette année, Binance a confirmé au régulateur qu’il n’ouvrirait plus de comptes pour les nouveaux utilisateurs dans la province canadienne et qu’il suspendrait les transactions sur les comptes existants.



Voir l’article original sur portaldobitcoin.uol.com.br