La justice nie avoir déverrouillé les valeurs de l’Église universelle pour les dons du « Pharaon des Bitcoins »

Temps de lecture :2 Minutes, 42 Secondes

Un juge du district fédéral a nié Église universelle du Royaume de Dieu pour débloquer une valeur supposée liée aux dons envoyés par le « Pharaon des Bitcoins », Glaidson Acácio dos Santos.

Ancien pasteur et fidèle, il est accusé d’être le meneur et le mentor d’une des plus grosses escroqueries pyramidales financières au Brésil. Basé à Cabo Frio, Glaidson a créé la société GAS Consultoria pour recruter des investisseurs avec des promesses de 10% fixes par mois.

En 2021, l’entreprise a fini par être la cible de l’opération Kryptos et le pharaon a été arrêté par la police fédérale à sa résidence de Rio de Janeiro. Peu de temps après l’opération, Universal do Reino de Deus a intenté une action en justice pour demander des preuves préalables.

Réduisez vos frais d’échanges
Les frais d’échanges peuvent représenter plusieurs centaines de dollars chaque année. Pour cette raison, les bons tradeurs cherchent à les réduire car ils peuvent impacter fortement leurs résultats. Vous aussi vous pouvez le faire grâce aux liens ci-dessous :

En effet, lorsqu’elle a reçu des dons de GAS et Glaidson, l’église n’a pas reçu de preuve de l’origine de l’argent de leur part, allant jusqu’à demander la suspension des dons. Même ainsi, les escrocs veulent accéder aux comptes de l’institution religieuse.

Le juge DF nie le déverrouillage des valeurs de l’Église Universelle du Royaume de Dieu compte pour les dons du « Pharaon des Bitcoins »

Après avoir reçu des dons sans origine déclarée, Universal do Reino de Deus a demandé à Glaidson de suspendre les dons et a été accordé. Même ainsi, les clients qui veulent récupérer leur argent espèrent pouvoir bloquer les fonds sur les comptes de l’église.

Ainsi, dans le District Fédéral, un procès a demandé le blocage de 340 000 R$ via SISBAJUD et RENAJUD, tant des CPF que des CNPJ de l’Église Universelle.

«Le tribunal a quo a fait droit à la demande de déterminer qu’il fallait tenter de bloquer le montant déposé par les plaignants en faveur des défendeurs (340 000,00 R $) via SISBAJUD, en utilisant les CPF et CNPJ des défendeurs, du montant prévu. L’interpellation des véhicules éventuellement localisés via le système RENAJUD doit également être favorisée.

Ces auteurs du procès « ont déclaré que l’Église universelle a reçu 72 000 000,00 R$ » des dons des partenaires de GAS Consultoria, de l’argent qui a une origine illicite et doit être restitué aux clients de la pyramide financière.

Mécontente, la défense de l’église a déposé une action publique auprès de la 2e instance du TJDF, jugée par la 6e chambre civile le 5 mars, mais rendue seulement ce mercredi (16).

Dans l’action, Universal a déclaré n’avoir aucun contrat avec les auteurs, avoir agi de bonne foi pour rechercher l’origine des valeurs, avoir des actifs pour payer une future condamnation, soutenant qu’il est impossible de bloquer leurs comptes bancaires.

Pour le juge, la valeur bloquée n’affecte pas les activités de l’église

Analysant l’affaire, le juge Leonardo Roscoe Bessa a déterminé que la valeur reste bloquée dans l’institution, puisque seule la valeur de l’action reste figée, et non une valeur supérieure à celle-ci.

« Dans une analyse préliminaire, les hypothèses d’octroi de l’effet suspensif requis ne sont pas présentes, car il n’y a pas de risque de dommages graves ou difficiles à réparer. »

De plus, comme Universal do Reino de Deus dispose de fonds propres élevés, le montant bloqué n’affecte pas ses activités. Ce dossier est toujours en cours d’analyse par le TJDF en première instance.

Voir l’article original sur livecoins.com.br