Des cadres de courtage arrêtés pour avoir dissimulé plus d’un milliard de dollars

Temps de lecture :9 Minutes, 35 Secondes

Des agents d’Europol ont arrêté le PDG et quatre autres directeurs de l’échange de crypto-monnaie Bitzlato, accusés d’avoir permis à des criminels de cacher plus d’un milliard de dollars d’actifs résultant d’activités criminelles via la plateforme.

L’annonce de l’arrestation des autres dirigeants de l’entreprise a été faite ce lundi (23) dans une note officielle d’Europol. Selon l’agence de police européenne, le PDG, le directeur financier et le directeur du marché de Bitzlato ont été arrêtés en Espagne, tandis que deux autres associés ont été arrêtés aux États-Unis et à Chypre.

Les arrestations sur le sol européen sont intervenues après que le ministère américain de la Justice (DOJ) a accusé Bitzlato de blanchiment d’argent et que le fondateur de la société de courtage, Anatoly Legkodymov, a été arrêté à Miami mardi soir (18).

La note du DOJ de la semaine dernière estimait que le groupe avait autorisé la dissimulation d’environ 700 millions de dollars de fonds illicites sur la plateforme, mais ce chiffre est passé à plus d’un milliard de dollars dans la nouvelle estimation d’Europol.

La chute de Bitzlato

Les enquêtes contre Bitzlato et l’arrestation subséquente de ses dirigeants ont été le résultat d’un effort collectif entre différentes agences internationales d’application de la loi, dirigées par les autorités américaines et françaises.

Bien qu’immatriculé à Hong Kong, Bitzlato exploitait un siège social en France qui a été démoli lors d’opérations ces derniers jours.

« Près de la moitié de toutes les transactions de Bitzlato étaient liées à des activités criminelles », justifie la note d’Europol. « Bitzlato a permis une conversion rapide de divers actifs cryptographiques tels que bitcoin, ethereum, litecoin, bitcoin cash, dash, dogecoin et USDT en roubles russes. »

L’estimation d’Europol est que, sur le total de 2,1 milliards d’euros (119 000 BTC) qui ont été négociés sur Bitzlato, environ 46 % avaient pour origine des activités criminelles.

Il a été découvert qu’une partie importante des clients de Bitzlato étaient des entités sanctionnées par l’Office of Foreign Assets Control (OFAC), qui transféraient des fonds provenant de cyberescroqueries, de ransomwares et de matériel pédopornographique, de trafic de drogue, etc. à l’échange.

Les enquêtes ont montré, par exemple, que Bitzlato avait facilité 1,5 million de transactions en bitcoins des utilisateurs d’Hydramarket, un marché du dark web détruit en avril 2022, considéré comme le plus important du genre à l’époque.

En plus d’arrêter les dirigeants de Bitzlato, les autorités internationales ont également pu saisir 18 millions d’euros de crypto-monnaies du groupe, ainsi que geler plus de 100 comptes d’entreprises détenus sur d’autres bourses et qui contenaient environ 50 millions d’euros.

  • Avez-vous pensé à insérer votre entreprise dans la nouvelle économie numérique ? Si vous avez un projet, vous pouvez le tokeniser. Cliquez iciinscrivez-vous au programme Tokenize Your Idea et entrez dans l’univers du Web 3.0 !



Voir l’article original sur portaldobitcoin.uol.com.br