Robinhood licencie 23% du personnel

Temps de lecture :3 Minutes, 29 Secondes

Robin des Bois avait annoncé en début d’année un licenciement de 9% du personnel, qui sera désormais suivi d’un encore 23% de défections.

Nouvelles coupes pour le personnel de Robinhood

Les ressources humaines de Robinhood subissent de nouvelles coupes

La plateforme de trading de crypto-monnaie, et pas seulement, a une relation compliquée avec ses employés, qui n’ont pas dû prendre un énième email d’annonce de licenciements de personnel.

Avec un email directement enregistré Vald Tenev, PDG de l’entreprise, les salariés ont été confrontés à l’annonce d’une énième tranche de licenciements.

Réduisez vos frais d’échanges
Les frais d’échanges peuvent représenter plusieurs centaines de dollars chaque année. Pour cette raison, les bons tradeurs cherchent à les réduire car ils peuvent impacter fortement leurs résultats. Vous aussi vous pouvez le faire grâce aux liens ci-dessous :

En début d’année, l’entreprise avait communiqué à son personnel, de la même manière, que 9% des effectifs seraient supprimés car l’entreprise, grâce à la situation macroéconomique, était contrainte de contracter ses propres postes de dépenses.

La nouvelle semblait conforme à ce qui avait été annoncé et/ou fait par d’autres sociétés. Par exemple, aussi Elon Musk avait annoncé des réductions d’effectifs de 10 %, donc bien que mauvaise nouvelle, elle n’avait pas beaucoup d’importance.

Ces jours-ci, cependant, la nouvelle d’une énième gifle au visage des employés : avec un e-mail, Tenev licencie ses employés en joignant une lettre dans laquelle il explique que le licenciement est valable sur-le-champ, mais que les employés soumis à la réduction percevront des émoluments jusqu’en octobre, y compris les avantages économiques et la liquidation cumulée associée.

La petite consolation est que l’entreprise aidera le personnel licencié par le biais de ses RH à trouver un autre emploi dans l’industrie afin qu’il puisse conserver un emploi.

Dans la lettre, Tenev revient sur les causes, citant une fois de plus la situation macroéconomique et le fait que la chute drastique des échanges a contraint l’entreprise à procéder à une nouvelle rationalisation des coûts plus stricte.

Dans le plan de dépôt de sortie, l’entreprise construira un méga siège social et amincira la chaîne de commandement, afin d’être plus rapide et plus fonctionnelle, ainsi que de réduire considérablement les coûts.

Une lourde amende pour Robinhood

Mais les coûts ne découlent-ils vraiment que d’une baisse temporaire des échanges et de difficultés macroéconomiques objectives ?

Il paraît que Robin des Bois dit la moitié de la vérité, du moins d’après les informations divulguées par le NYDFS, qui est le garant de la confidentialité et de la transparence dans les transactions en monnaie numérique.

Selon l’autorité, en fait, Robinhood était une amende de 30 millions de dollars à cause de violations des réglementations anti-blanchiment et de sécurité informatique.

Le cash out n’est que le premier d’une longue série. Si nous en sommes aux chiffres, de 2020 à aujourd’hui, il n’y a pas eu une année sans laquelle la plateforme d’échange a subi des amendes de la part du garant.

En 2020, pour les mêmes problèmes, l’entreprise avait payé 70 millions de dollars et l’année suivante, en 2021, 65 millions de dollars supplémentaires pour des problèmes similaires.

Tout le monde peut faire une erreur, mais répéter l’erreur trois années de suite pourrait fournir un alibi important à tout nouveau chômeur.

La secteur de la cryptographiecependant, elle est relativement jeune et se heurte à certains de ces problèmes est à prendre en compte, même si des améliorations continues par les initiés de l’entreprise écartent de plus en plus le danger de dysfonctionnements et rendre les transactions de plus en plus sûres.




Voir l’article original sur cryptonomist.ch