Le rouble se renforce face au dollar

Temps de lecture :3 Minutes, 41 Secondes

L’économie russe est l’ennemi à tuer et les sanctions imposées par une partie puissante du monde (États-Unis, Europe, Royaume-Uni) ils sont destinés à cet effet cependant David (l’économie du pays transcontinental) semble têtue à résister à Goliath (USA et Ouest).

Le rouble plus fort que le dollar

Ce qui s’est passé lundi est un signe significatif, dans un monde en proie à des problèmes économiques, politiques et énergétiques, tout va mal mais l’économie de Moscou tient mieux que l’américaine et cela se reflète dans le taux de change entre les deux monnaies.

lundi 20 juin dernierla Rouble atteint le plus haut sommet de la dernière 7 ans et a été échangé à 55,47 dollars américains.

Réduisez vos frais d’échanges
Les frais d’échanges peuvent représenter plusieurs centaines de dollars chaque année. Pour cette raison, les bons tradeurs cherchent à les réduire car ils peuvent impacter fortement leurs résultats. Vous aussi vous pouvez le faire grâce aux liens ci-dessous :

La performance surprenante est la preuve que les perplexités du président de la Banque Europe centrale ont été fondés quand il a dit

« Si les pays sanctionnent immédiatement les importations de pétrole russe, Vladimir Poutine pourrait apporter le pétrole qu’il ne vend pas à l’Union européenne sur le marché mondial, où les prix vont augmenter, et le vendre plus cher »

Le boycott des importations de ressources énergétiques en provenance de Russie comme le gaz et surtout le pétrole semble avoir été un boomerang retentissant comme il le dit Martin Amstrong de Armstrongeconomics.com.

« En avril, les exportations de pétrole russe ont augmenté de 620 000 barils par jour pour atteindre 8,1 millions de barils par jour. L’Inde (+730 000 barils par jour) et la Turquie (+180 000 barils par jour) ont contribué à compenser l’embargo international, tandis que l’UE est restée le principal importateur malgré une forte réduction des expéditions. L’AIE a rapporté que les exportations de pétrole russes avaient augmenté de plus de 50 % en glissement annuel au cours des quatre premiers mois de l’année : le boycott s’est complètement retourné contre l’Occident et a contribué à renforcer l’économie russe ».

Pas seulement Chine donc mais aussi l’Inde et les Turquie (très ami de l’Europe) ont répondu à l’appel du Kremlin en concluant des accords bilatéraux permettant de baisser les prix au moins par 30% inférieur au Brent vendu en Europe.

Le cas de l’Inde achetant à la Russie est emblématique 730 000 barils plus de pétrole chaque jour à prix d’aubaine et ensuite les revendre à l’UE gagner sur la différence de prix avec un chiffre d’affaires qui fragilise de plus en plus le vieux continent et profite en même temps à la fois à la Russie et à l’Inde.

L’économie russe est-elle un danger pour l’Occident ?

Qu’il faille surveiller de près l’économie russe en tant que danger potentiel et concret pour l’Occident (danger qui s’ajoute au danger militaire), c’est aussi l’avis d’une certaine partie des pays atlantiques.

Un éditorial intitulé « N’ignorez pas le taux de change : comment un rouble fort peut protéger la Russie » écrit par Charles Lichfield, Directeur adjoint de Centre de géoéconomie de la Conseil Atlantique, ça va justement dans ce sens.

D’un avis différent YouTubeur Jake Broe que dans son canal vantard 146 000 abonnés explique comment les données sur le rouble et la propagande donnent une vision déformée de la réalité et explique

« L’économie russe s’effondre actuellement, l’inflation est élevée, le chômage augmente, les salaires baissent, le PIB de l’économie russe s’effondre »

Cependant, cela pourrait aussi être dit de l’économie américaine, soulignent les plus attentifs, avec les chiffres les plus pertinents en main.

Nous pourrions être confrontés à un but contre son camp par l’Occident, mais seuls le temps et les chiffres peuvent le dire, des chiffres qui pour l’instant sont du côté du Kremlin.




Voir l’article original sur cryptonomist.ch