L’article gênant du Corriere sur le Bitcoin et l’euro numérique

Temps de lecture :2 Minutes, 51 Secondes

Hier, le Corriere della Sera a publié un article de Daniele Manca et Roberto Viola intitulé « Autre que Bitcoin : l’euro numérique arrive (et ce sera une révolution) ».

D’abord déjà dans le premier paragraphe, ils admettent que l’euro numérique est complètement différent des crypto-monnaies, démentant la comparaison du titre.

Réduisez vos frais d’échanges
Les frais d’échanges peuvent représenter plusieurs centaines de dollars chaque année. Pour cette raison, les bons tradeurs cherchent à les réduire car ils peuvent impacter fortement leurs résultats. Vous aussi vous pouvez le faire grâce aux liens ci-dessous :

Dans le deuxième paragraphe est le premier erreur flagrante: les transactions enregistrées sur la blockchain sont explicitement définies comme « cryptées », alors qu’en réalité elles sont généralement non cryptées (en fait, les transactions Bitcoin ne sont PAS cryptées).

La deuxième erreur sensationnelle est la « course aux tulipes noir du ‘600″, au troisième paragraphe. En effet, la tulipe noire est un roman d’Alexandre Dumas père de 1850, tandis que la bulle tulipe de l’hiver 1636 s’est formée avant tout sur le prix de la tulipe Sempre Augustus, qui a blanc avec des rayures rouges.

Le quatrième paragraphe contient également une erreur. En fait, ils affirment que les crashs les plus dramatiques sur les marchés de la cryptographie l’année dernière étaient ceux de deux stablecoinsalors qu’au lieu de cela, un seul était dû à un stablecoin (UST of Earth / Moon): l’autre était plutôt un trivial faillite d’une société privée qui exploitait l’un des principaux échanges (FTX).

Le quatrième paragraphe contient également une autre inexactitude, car il indique qu’il existe des stablecoins qui promettent d’être des outils d’investissement. Cela ne s’applique pas réellement aux principales pièces stables, c’est-à-dire celles indexées sur des monnaies fiduciaires, mais uniquement à celles indexées sur des actifs d’investissement, comme l’or.

Un peu plus loin, le système de paiement européen est explicitement défini comme « le meilleur du monde », laissant entendre que les auteurs de l’article ne sont pas impartiaux.

Le pire, cependant, est la justification donnée à la définition de l’euro numérique comme une meilleure « révolution » que le Bitcoin :

« Parce qu’il s’agit d’une monnaie non liée à un contrat avec un fournisseur de monnaie numérique spécifique, ou une société qui fournit du crédit, comme une banque ou un portefeuille de crypto-monnaie : n’importe qui peut détenir des euros numériques tout comme n’importe qui peut détenir des billets de banque. »

L’exemple qu’ils font de cette « révolution » est le récit romain, soit la possibilité de payer une seule facture en la répartissant entre plusieurs personnes. Ou alors quelque chose qui peut déjà être fait aujourd’hui avec des euros traditionnels, grâce à des portefeuilles spéciaux.


Remerciements particuliers au sponsor de ce blog qui rend son existence possible : CryptoRefills.
Sur cryptorefills.com vous trouverez des chèques cadeaux et des recharges téléphoniques pouvant être achetés en Bitcoin et autres cryptomonnaies, à dépenser dans de nombreuses boutiques et sites e-commerce : cliquez pour savoir lesquels.


Tous les articles de ce blog sont en lecture libre. En retour, tout ce que je demande, c’est que vous vous abonniez à ma chaîne Telegram, t.me/MarcoCavicchioliUfficiale : vous recevrez ainsi les notifications des prochains articles. Merci.



Voir l’article original sur www.ilbitcoin.news