« Terra 2.0 ne sera pas un fork, mais la genèse d’une nouvelle Blockchain », ont déclaré les développeurs de Terra

Temps de lecture :2 Minutes, 52 Secondes

Le groupe de développeurs derrière le projet Terra (LUNA) a précisé via Twitter que Terra 2.0 ne sera pas un fork, mais sera une nouvelle Blockchain.

« Le plan de relance ne propose pas un fork de la Blockchain existante, mais la création d’une nouvelle. » L’équipe Terra a exprimé en Twitter.

L’équipe Terra a défini un hard fork comme une modification d’une Blockchain existante qui se traduit par deux Blockchains avec une histoire commune mais « des chemins futurs différents ».

Réduisez vos frais d’échanges
Les frais d’échanges peuvent représenter plusieurs centaines de dollars chaque année. Pour cette raison, les bons tradeurs cherchent à les réduire car ils peuvent impacter fortement leurs résultats. Vous aussi vous pouvez le faire grâce aux liens ci-dessous :

«La distinction importante ici est qu’une Blockchain bifurquée partage toute son histoire avec la Blockchain originale, ce que Terra 2.0 ne fera pas. Si la proposition 1623 est approuvée, une nouvelle Blockchain (Terra) sera créée à partir du bloc de genèse 0 qui ne partagera pas l’historique avec Terra Classic» a commenté l’équipe sur Twitter.

Le plan de relance de Terra sera approuvé par un vote sur la « proposition 1623 », qui suggère que l’ancienne Blockchain Terra soit renommée Terra Classic et ait Luna Classic (LUNC) comme jeton principal, qui devrait être lancé dans les prochains mois. prochains jours. De même, la nouvelle Blockchain s’appellera Terra et utilisera le jeton Luna original (LUNA).

D’autre part, Do Kwon a précisé que Terra mettra de côté le stablecoin TerraUSD (UST) qui est tombé en dessous de 1 $. En outre, l’équipe a ajouté que les applications décentralisées populaires (Dapps) construites sur Terra Classic ne migreront pas automatiquement vers la nouvelle Terra Blockchain.

La confusion actuelle dans la communauté est due au fait que Do Kwon utilise le terme « fork » dans son brouillon de la renaissance de Terra. Cependant, le fondateur de Terra a récemment retiré ce terme de la publication.

Terraform Labs fait l’objet d’une enquête en Corée du Sud

Au moment d’écrire ces lignes, il ne reste que 8 heures avant la fin du vote sur la proposition 1623. Selon Terra Station, 79,80% de tous les votes possibles ont été exprimés et 66,87% des électeurs sont prêts à voter. faveur de la proposition.

Cependant, le sort du projet pourrait être en jeu. Les autorités sud-coréennes tenteraient de geler les avoirs de la Luna Foundation Guard (LFG).

Selon les médias locaux, le parquet du district sud de Séoul a lancé une enquête sur Terraform Labs et a confié l’affaire à son équipe d’enquête conjointe sur les crimes financiers et les valeurs mobilières, une équipe spéciale sur les crimes financiers récemment créée par le ministre sud-coréen de la Justice, Dong-hoon. Han.

L’enquête a été annoncée un jour après que cinq investisseurs sud-coréens de Terra avec des dommages combinés de 1,4 milliard de wons (environ 1,1 million de dollars) ont déposé des plaintes pénales contre Do Kwon et Daniel Shin, alléguant une fraude et d’autres accusations. infractions à la réglementation financière.

« Le manque d’informations appropriées sur les défauts et l’expansion illimitée de l’émission de Luna revenaient à frauder les investisseurs. » Dit un représentant de LKB & Partners, le cabinet d’avocats engagé par les cinq investisseurs, a porté plainte contre Terraform Labs.

Terraform Labs est actuellement constituée à Singapour, mais s’est enregistrée pour exploiter son entreprise sous le nom de « Terraform Labs Korea » en Corée du Sud. Ajoutant à la situation actuelle, la plateforme d’information The Block a rapporté que le 17 mai, l’équipe juridique interne de Terraform Labs a démissionné à la suite de l’effondrement d’UST et de Luna.



Voir l’article original sur criptotendencia.com