Les NFT comme identité et leur lien avec la RSE des entreprises

Temps de lecture :2 Minutes, 47 Secondes

Le parcours qui vient de s’achever, 2021-2022, peut être considéré comme celui des NFT dans l’écosystème blockchain en particulier et dans celui des innovations en général. C’est encore un concept qui semble avoir un fort potentiel, dont nous n’avons pratiquement expérimenté aucune de ses fonctions.

Il a sauté au grand public de la main de l’art. Pour être plus précis, des ventes aux enchères d’art. Ce qui était nouveau, c’est qu’un NFT, de l’artiste Beeple, a atteint un chiffre astronomique lors d’une vente aux enchères à distance. Des phrases grandiloquentes comme révolution ont émergé dans l’art numérique révolutionnaire permanent. Il y avait même des articles qui, poussés par de tels chiffres, qualifiaient les NFT de menace pour le système financier. Voir, par exemple, le prestigieux FT d’il y a un peu plus d’un an. Eh oui, Beeple a donné le coup d’envoi au plan planétaire des NFT en démarrant la prestigieuse carrière de cet appareil lors du cours qui vient de s’achever.

Les NFT du Bored Ape Yacht Club montrent à quoi ressemblera la consommation dans les métaverses

Réduisez vos frais d’échanges
Les frais d’échanges peuvent représenter plusieurs centaines de dollars chaque année. Pour cette raison, les bons tradeurs cherchent à les réduire car ils peuvent impacter fortement leurs résultats. Vous aussi vous pouvez le faire grâce aux liens ci-dessous :

Puis, peu après la fameuse vente aux enchères, sont arrivés les singes du Bored Ape Yacht Club et les NFT ont sauté sur la logique identitaire. Les NFT comme identité sur Internet, comme alter ego pour les actions en ligne. De là, le saut vers le Metaverse a été chanté, établissant le triangle NFT-avatar-marques. Nous en avons déjà parlé ici. Les NFT comme tremplin pour réaliser ce que les observateurs les plus originaux et les plus intelligents de la société de consommation, comme Baudrillard, ont vu au cœur des pratiques de consommation. Les NFT comme réalisation de la méta-consommation.

NFT et RSE

Il est vrai que la plupart du temps que l’on parle de NFT, cela se fait dans le domaine des investissements, dans la logique de l’acquisition d’un bien dont on attend qu’il prenne de la valeur. Mais il a d’autres voies. Certains à voir et d’autres à voir. Certains d’entre eux ne sont pas aussi directement axés sur l’obtention de rendements matériels. Le lien même avec l’identité en est un. Un autre qui se développe est lié à la soi-disant responsabilité sociale des entreprises.

Les NFT comme passerelle entre les consommateurs et le Web3

Le RSC remplit des cours et des masters, des modèles d’évaluation ISO et EFQM, des départements d’entreprise et d’autres espaces organisationnels. Comme dans d’autres actions, dont celle si proche de la publicité, reste la question de sa trésorerie et de sa rentabilité durement gagnée. En tout cas, il a été installé dans de grandes entreprises. Même ainsi, les actions dérivées de la RSE sont restées cachées sur le web ou dans les dernières pages du rapport annuel de l’entreprise.

L’avenir des NFT : c’est la communauté, stupide !

Sa visibilité était dans le parrainage d’événements. Bien sûr, une visibilité qui avait tendance à durer aussi longtemps que l’événement lui-même. Or, avec les NFT, s’ouvre la possibilité que cette visibilité dans la participation à des projets solidaires, culturels ou simplement sociaux soit captée au tout début du web. Même dans les documents délivrés par la société. C’est un symbole reconnaissable d’être dans la communauté dans laquelle il est pratiqué.

Photo |

Vous pouvez également nous suivre sur nos chaînes Telegram et Twitter



Voir l’article original sur observatorioblockchain.com