Les États-Unis sont déjà entrés en récession et c’est pire que celle de 2008, selon Peter Schiff

Temps de lecture :4 Minutes, 8 Secondes
Faits marquants:
  • Il y avait déjà une baisse du produit intérieur brut américain au premier trimestre.

  • Les inquiétudes concernant l’inflation sont en hausse, selon une enquête menée dans plusieurs pays.

Selon l’analyste économique et fondateur d’Euro Pacific Capital, Peter Schiff, il y a déjà une récession en cours aux États-Unis et elle sera pire que celle qui s’est produite en 2008. Ce n’est pas la première fois que l’existence d’un monde crise a été pointée du doigt, puisqu’il a été rapporté que nous vivons les conséquences d’une bulle financière qui va bientôt éclater. Cependant, il est le premier à souligner qu’une récession a déjà commencé et la compare à celle qui s’est produite en 2008.

Le produit intérieur brut des États-Unis a chuté de 1,4 % au premier trimestre 2022, après quatre trimestres consécutifs de croissance en 2021, selon les prévisions économiques pour les États-Unis du Conference Board.

Dans une interview avec NTD News, Schiff a affirmé que déjà au premier trimestre de cette année, l’économie affiche une performance négative. Une récession est généralement identifiée par la chute du produit intérieur brut pendant deux trimestres consécutifs, de sorte que les États-Unis sont à risque à cet égard.

Réduisez vos frais d’échanges
Les frais d’échanges peuvent représenter plusieurs centaines de dollars chaque année. Pour cette raison, les bons tradeurs cherchent à les réduire car ils peuvent impacter fortement leurs résultats. Vous aussi vous pouvez le faire grâce aux liens ci-dessous :

Parmi les raisons pour lesquelles Schiff qualifie cette récession de pire que celle de 2008, il y a l’environnement inflationniste actuel, qui n’existait pas il y a 14 ans. De même, l’analyste souligne que le gouvernement n’a pas non plus vu venir cette récession. « Lorsque nous étions six ou sept mois après le début de cette récession, la Fed et d’autres économistes disaient toujours qu’il n’y avait pas de récession en vue. » Schiff ajoute que l’inflation sera exacerbée par la récession.

Les Américains vont connaître le pire des deux mondes : une récession pire que la Grande Récession de 2008, plus une inflation pire que tout ce que nous avons connu dans les années 1970.

Peter Schiff, analyste économique.

Récession économique avec dette publique plus élevée

Lorsqu’on lui a demandé si les perspectives économiques positives pour les banques aujourd’hui pourraient garantir que cette récession soit plus douce qu’elle ne l’était en 2008, Schiff affirme que juste avant cette crise financière, ils pensaient que les banques étaient en très bonne forme. « Les banques ne sont en bonne forme que jusqu’à ce que la valeur de leur garantie de prêt s’effondre et que les gens ne puissent pas rembourser leurs prêts », dit-elle.

Cette fois, la crise sera encore plus grave car l’économie est beaucoup plus endettée qu’elle ne l’était en 2008, et les Américains sont moins en mesure de la rembourser lorsque les taux d’intérêt augmentent et que les soldes de la dette sont beaucoup plus élevés. Nous sommes dans une situation bien pire en raison de tous les renflouements et de toutes les mesures de relance qui ont couvert la dernière crise.

Peter Schiff, analyste économique.

Existe-t-il un remède ou le mal est-il déjà fait ? demande l’intervieweur. Le spécialiste affirme qu’il existe un remède, mais qu’il a un coût. Malheureusement, la classe moyenne et les pauvres souffriront le plus des mesures anti-inflationnistes de la Fed, dit Schiff. Elle évoque le fait que la hausse des taux d’intérêt mise en place par la Fed restreint le crédit et l’accès aux canaux de financement.

Si la Fed ne combat pas l’inflation sous prétexte d’éviter une récession pour la classe moyenne et les pauvres, ces segments de la population souffriraient encore plus d’une inflation massive, dit Schiff. Des pays comme le Royaume-Uni voient les premiers signes de hausse des prix des aliments de base au-dessus du taux d’inflation annuel du pays.

Les craintes d’inflation augmentent également

Les craintes et l’incertitude concernant la hausse de l’inflation suscitent davantage d’inquiétudes dans le monde, selon un rapport Statista publié lundi au Forum économique mondial (WEF) à Davos, en Suisse.

À partir de données d’enquête britanniques, 52% des citoyens considèrent que l’inflation est l’un des principaux problèmes du pays en 2021-2022, alors que dans l’enquête similaire de l’année dernière, le pourcentage était de 35 %. L’augmentation de 9% de l’inflation par rapport à l’année dernière est la plus forte augmentation des quatre dernières décennies dans ce pays.

Dans d’autres pays européens, l’inquiétude des citoyens a également augmenté par rapport à il y a un an. Les pourcentages sont passés de 33% à 44% en Allemagne, de 41% à 51% en Espagne et de 29% à 37% en Italie, indique le rapport.

Les inquiétudes des pays concernant l’inflation sont à la hausse. Source : Statistiques.

D’une étude sur l’inflation mondiale, commentée par CriptoNoticias le 9 mai, il ressort que dans 52 pays d’Amérique latine, d’Europe, d’Afrique et d’Asie, inflation à deux chiffres.Dans le cas spécifique de l’Argentine, l’inflation en avril était de 6% par rapport à mars, ce qui s’est traduit par une augmentation de 58% au cours des douze derniers mois, la plus forte augmentation en un an depuis 1992.

Voir l’article original sur www.criptonoticias.com