Les États-Unis exercent une surveillance totale sur Internet, selon ce rapport

Temps de lecture :3 Minutes, 18 Secondes

Selon un média spécialisé dans la technologie, l’armée américaine a acheté divers outils de surveillance qui lui permettraient de surveiller 90 % du trafic Internet mondial. En outre, dans certains cas, il pourrait également accéder à des e-mails et à d’autres informations confidentielles lors de l’utilisation du Web, ce qui viole gravement la vie privée des utilisateurs.

Selon un article de la publication technique carte mèredétenue par le magazine Vice, la plateforme en question s’appelle augure et est développé par la société Team Cymru. Le média cité affirme que diverses entités gouvernementales américaines ils ont payé 3,5 millions de dollars pour accéder à Augury.

Cette plate-forme permettrait au gouvernement d’acheter des données à des entreprises privées qui, par exemple, sont utilisées pour suivre les pirates et enquêter sur les cyberattaques. que oui, le les services militaires n’ont pas décrit l’usage qu’ils en font au logiciel.

Réduisez vos frais d’échanges
Les frais d’échanges peuvent représenter plusieurs centaines de dollars chaque année. Pour cette raison, les bons tradeurs cherchent à les réduire car ils peuvent impacter fortement leurs résultats. Vous aussi vous pouvez le faire grâce aux liens ci-dessous :

Ces données comprennent non seulement nos propres enregistrements d’activité Internet aux États-Unis, mais aussi plus de 550 points de collecte sur tous les continents. Chaque jour, il est mis à jour avec plus de 100 000 millions de nouveaux enregistrements.

Si l’enquête menée par les médias susmentionnés est confirmée, Ce serait un cas très grave de violation de la vie privée des utilisateurs lors de l’accès à Internet. Cela s’ajouterait à d’autres accusations antérieures également contre les États-Unis, telles que l’achat de données de localisation de téléphones portables signalées par CriptoNoticias en 2020.

Les demandes d’explications et leurs réponses

Le NCIS (Service d’enquête criminelle de la Marine) utiliserait ces données sans ordonnance du tribunal l’approuver, a déclaré un lanceur d’alerte au sénateur Ron Wyden. Le législateur a adressé une lettre aux directeurs du Department of Homeland Security (DHS) des États-Unis, du Department of Justice (DOJ) et du Department of Defence (DOD) pour demander des explications à ce sujet.

« Alors que j’ai pu divulguer des détails importants sur l’achat de données de localisation par des agences gouvernementales, le Pentagone a contrecarré mes efforts pour enquêter et faire la lumière sur l’achat par le gouvernement d’enregistrements de navigation sur Internet », déclare Wyden dans Ses écrits.

En-tête de la lettre du sénateur Ron Wyden à divers responsables demandant des explications sur la prétendue surveillance d’Internet. Source : Joseph Cox (vice-média)

Un responsable de la marine américaine a toutefois assuré que les enquêtes du NCIS sont menées conformément à la loi et que l’utilisation par l’entité des données de flux net ne nécessite pas d’ordonnance du tribunal.

Pour le sénateur Wyden, en revanche, cette surveillance pourrait être une violation du quatrième amendement de la Constitution, qui établit que les enquêtes menées par un gouvernement doivent être raisonnables et non arbitraires.

Pendant ce temps, sur le front législatif, la Chambre des représentants a approuvé le budget militaire en août avec la condition supplémentaire que le ministère de la Défense signale les achats de téléphones portables ou de données Web. Cette législation n’a pas encore été approuvée par le Sénat américain.

Quelles données Augury collecte-t-elle ?

Augury collecte différents types de données, parmi lesquelles se distinguent les données de capture de paquets (PCAP). Celles-ci sont liées à protocoles de messagerie et requêtes envoyées à un serveur, ainsi que les réponses obtenues. Des experts cités par Motherboard assurent que la surveillance du gouvernement américain atteint un tel point qu' »il n’y a plus rien à capter sauf l’odeur de l’électricité ».

Comme l’ont rapporté des employés d’entreprises privées à carte mèrecertaines données ne seraient pas accessibles aux clients Augury du secteur privé, mais seraient accessibles aux organismes publics tels que les services de l’État mentionnés dans cet article.

De la société de développement Augury, ils assurent que ce logiciel n’est pas conçu pour cibler des utilisateurs spécifiques. « Notre plate-forme ne capture qu’un échantillon limité des données disponibles, et est encore plus restreinte en n’autorisant les requêtes qu’avec des échantillons de données restreints et limités », ont-ils communiqué.

Voir l’article original sur www.criptonoticias.com