Un projet de loi américain prévoit d’interdire les Stablecoins algorithmiques pendant 2 ans

Temps de lecture :2 Minutes, 58 Secondes

Le projet de loi sur les pièces stables au Congrès exige que le système de la Réserve fédérale et les régulateurs bancaires des États approuvent tous les plans de pièces stables par des entités non bancaires avant qu’ils ne puissent être légalement émis.

Les émetteurs de stablecoins approuvés par les régulateurs des États devront s’enregistrer auprès de la Réserve fédérale dans les 180 jours pour poursuivre légalement leurs opérations, selon les médias rapports réclamant l’accès au projet de loi a déclaré mercredi.

En juillet, CryptoPotato signalé que le projet de loi stablecoin était différé de plus d’un mois en raison d’un changement de dernière minute suggéré par la secrétaire au Trésor Janet Yellen. Elle a fait valoir que la législation devrait prévoir la séparation des actifs des clients des dépositaires du portefeuille afin de les préserver dans un scénario de faillite.

En juin, le Japon a adopté un projet de loi similaire reconnaissant les stablecoins comme monnaie numérique qui doivent être rattachés au yen ou à une autre monnaie légale.

Algo Stablecoins sera banni

Les nouvelles pièces stables adossées à des actifs créés par les mêmes émetteurs ou «pièces stables garanties de manière endogène» ne seront pas autorisées pendant au moins les deux prochaines années. Toutes ces pièces stables existantes devront modifier leur modèle commercial et recevoir une nouvelle approbation des autorités compétentes dans un délai de deux ans.

Les pièces stables émises sans l’approbation appropriée des régulateurs désignés seront illégales et seront passibles d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à cinq ans et d’une amende de 1 million de dollars. Le projet de loi envisage que ces crypto-monnaies soient garanties par des espèces ou des actifs très liquides tels que des bons du Trésor.

Le projet de loi vise à créer un cadre réglementaire autour des stablecoins et demande à la Réserve fédérale d’étudier l’impact économique du dollar numérique américain (CBDC). Il commande également une étude sur les stablecoins algorithmiques en consultation avec la Fed, la Federal Deposit Insurance Corp., l’OCC et la Securities and Exchange Commission.

Les banques ont besoin de l’approbation des régulateurs

Les banques et autres institutions financières traditionnelles auront besoin de l’approbation des régulateurs bancaires fédéraux – l’Office of the Comptroller of the Currency (OCC) et la Federal Deposit Insurance Corp – indique le projet de loi, selon les médias.

Il aborde également la question de l’interopérabilité des pièces stables et confère le pouvoir de créer des normes aux régulateurs bancaires fédéraux et aux organismes de surveillance des États. Le projet de loi vise à aligner les normes d’actif et de comptabilité des pièces stables sur celles des banques et des coopératives de crédit.

Le projet de loi interdit le mélange des fonds des clients et de leurs clés avec ceux des stablecoins et autres actifs afin que les utilisateurs puissent racheter rapidement leurs investissements en cas d’insolvabilité ou de faillite.

Il peut venir voter à tout moment

Le projet de loi est en cours de négociation entre la présidente du comité des services financiers de la Chambre, Maxine Waters, et le représentant Patrick McHenry. Il y a toujours une possibilité que des changements y soient apportés car il n’a toujours pas été approuvé par Waters et McHenry.

Bien qu’une date de balisage n’ait pas encore été décidée, le Comité pourrait voter sur le projet de loi dès la semaine prochaine car il n’a le temps que jusqu’à la fin de l’année en cours pour l’examiner, et les prochaines élections de mi-mandat ne laissent pas beaucoup de place à le retarder davantage.

Voir l’article original sur cryptopotato.com