Luna Crash met en évidence les vulnérabilités du marché de la cryptographie, le protocole Astra à la rescousse

Temps de lecture :4 Minutes, 26 Secondes

Comme si les fondamentaux externes liés aux tensions géopolitiques et aux craintes de récession économique ne suffisaient pas, l’industrie de la cryptographie saigne en raison de facteurs internes. Plus tôt en mai, TerraUSD (UST), le plus grand stablecoin algorithmique par capitalisation boursière, s’est effondré et se négocie désormais à seulement huit cents, même s’il était censé maintenir une parité de 1: 1 avec le dollar américain. Le développeur coréen Do Kwon, le gars derrière Terra, parle toujours d’un plan de relance, mais peu d’investisseurs envisageraient UST et Luna, la pièce sœur dont la fonction était de stabiliser le peg UST. Luna est passée de près de 100 dollars fin avril au niveau actuel de 0,0001. Ensemble, le crash de ces jetons a privé les investisseurs d’environ 50 milliards de dollars.

Pire encore, l’effondrement majeur de l’écosystème Terra a envoyé des ondes de choc sur l’ensemble du marché de la cryptographie, anéantissant environ 1 000 milliards de dollars en quelques jours, ce qui se traduit par la moitié de la capitalisation boursière de tous les actifs numériques.

Bien que cela ne signifie pas la fin de la cryptographie, cela met définitivement en évidence les vulnérabilités de cette industrie émergente, qui autrement est là pour rester.

Réduisez vos frais d’échanges
Les frais d’échanges peuvent représenter plusieurs centaines de dollars chaque année. Pour cette raison, les bons tradeurs cherchent à les réduire car ils peuvent impacter fortement leurs résultats. Vous aussi vous pouvez le faire grâce aux liens ci-dessous :

Les stablecoins algorithmiques ont été controversés car il n’y a aucun support, le coût de frappe d’une unité de stablecoin étant égal à 1 $ d’unité brûlée d’un autre actif basé sur la blockchain utilisé pour les réserves. Étant donné que ce dernier a un prix fluctuant, toute vente massive de l’actif de réserve peut briser le mécanisme d’arbitrage et remettre en question l’existence même du stablecoin associé. Do Kwon se moquait des économistes qui soulignaient ce problème, mais la dure réalité a montré que le marché avait besoin d’une certaine forme de réglementation.

L’effondrement de l’UST a incité les investisseurs à regarder de plus près toutes les pièces stables, même celles soutenues par des réserves en USD. Récemment, Tether a été contraint de réitérer que les réserves de l’USDT sont entièrement garanties et qu’il avait échangé des papiers commerciaux contre davantage de bons du Trésor américain. Pourtant, Tether lui-même a été entouré de controverses pour avoir été vague sur ses réserves, et il a même dû payer une amende de 41 $ imposée par la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) pour avoir mal déclaré ses avoirs. Étant donné que l’USDT est beaucoup plus important que l’UST, il est important que le stablecoin maintienne son ancrage.

Les stablecoins jouent un rôle important sur le marché de la cryptographie, car ils agissent comme des ponts entre la blockchain et la finance traditionnelle. Les commerçants utilisent ces pièces pour échanger des paiements, des échanges, des prêts et d’autres activités liées à DeFi, toutes basées sur la blockchain.

L’examen réglementaire va s’intensifier

L’effondrement d’un stablecoin controversé finira par affecter l’ensemble du secteur de la cryptographie, y compris les actifs numériques qui se sont avérés fiables. Pour commencer, la Corée du Sud et Singapour montrent déjà leurs muscles, car Do Kwon est un citoyen coréen, tandis que Terraform Labs et la Luna Foundation Guard sont enregistrés à Singapour. Cependant, les chiens de garde financiers du monde entier deviendront beaucoup plus sévères.

Le 17 mai, Villeroy de Galhau, chef de la banque centrale française, a déclaré que la réglementation des actifs cryptographiques serait probablement à l’honneur lors de la réunion du G7 en Allemagne. Il a déclaré:

« Ce qui s’est passé récemment est un signal d’alarme sur le besoin urgent d’une réglementation mondiale. L’Europe a ouvert la voie avec le MICA (cadre réglementaire pour les crypto-actifs), nous discuterons probablement de ces questions parmi tant d’autres lors de la réunion du G7 en Allemagne cette semaine.

Aux États-Unis, la secrétaire au Trésor, Janet Yellen, a déclaré qu’elle espérait que le Congrès adopterait une législation cette année pour créer un cadre réglementaire pour les stablecoins.

Le protocole Astra propose un juste équilibre entre régulation et décentralisation

S’il est vrai que le marché de la cryptographie a besoin d’une certaine forme de réglementation pour protéger les investisseurs et les utilisateurs, la mise en œuvre de nouvelles règles doit être effectuée avec soin pour éviter la stagnation de cette industrie émergente.

Astra Protocol, basé à Zurich, en Suisse, construit une couche de conformité décentralisée pour l’économie Web3. L’équipe derrière la société est composée de visionnaires de la technologie qui sont actifs dans l’espace blockchain depuis 2013, investissant dans des brevets et développant des entreprises dans des secteurs allant du jeu à l’espace BioMed.

Astra croit fermement qu’une meilleure protection des consommateurs est nécessaire et qu’une meilleure réglementation serait utile. L’entreprise dispose du support technologique et juridique pour apporter les changements nécessaires. Pour Astra, il est important de trouver l’équilibre idéal entre durcissement de la réglementation et ne pas toucher à la promesse de décentralisation.

Contrairement aux chiens de garde traditionnels, l’équipe Astra Protocol est pro-crypto et soutient l’expansion de l’écosystème blockchain. La mission d’Astra a été de combler le fossé entre les régulateurs et l’innovation, en mettant l’accent sur les stablecoins.

Grâce à sa technologie brevetée et à son réseau juridique décentralisé (DLN) soutenu par de grandes entreprises mondiales, Astra Protocol est parfaitement positionné pour offrir l’aide nécessaire pour soutenir la reprise du marché de la cryptographie.

Image by Dan Fador from Pixabay

Voir l’article original sur bitcoinist.com