L’Inde envisage la TPS sur les transactions cryptographiques dans le cadre de l’évaluation de la légalité du secteur

Temps de lecture :2 Minutes, 42 Secondes
Xeggex

Le gouvernement indien travaille à la mise en œuvre d’une taxe sur les biens et services (TPS) sur les transactions cryptographiques alors que les démarches pour déterminer la légalité du secteur sont en cours, selon un rapport Livemint du 19 septembre.

Implémentation de la taxe TPS

La taxe GST deviendra un régime fiscal indirect sur les crypto-actifs qui agira comme un contrôle de toute perte de revenus pour le Trésor public en raison du manque de clarté entourant les actifs.

Selon le rapport, le taux d’imposition pourrait se situer entre 18 % et 28 %.

Réduisez vos frais d’échanges
Les frais d’échanges peuvent représenter plusieurs centaines de dollars chaque année. Pour cette raison, les bons tradeurs cherchent à les réduire car ils peuvent impacter fortement leurs résultats. Vous aussi vous pouvez le faire grâce aux liens ci-dessous :

À ce stade, le ministère indien des Finances s’efforce de déterminer l’applicabilité de la TPS aux actifs cryptographiques et n’a pas encore décidé s’ils sont déclarés comme un bien ou un service car l’achat est prélevé sur les services, ont rapporté anonymement les deux sources de Livemint.

Le vice-président de WazirX, Rajgopal Menon, a déclaré que sur la base des détails disponibles pour le moment, « la TPS ne sera applicable que sur la marge ou les frais de service, et non sur la valeur totale de l’actif ».

Il est également à noter que le gouvernement envisage également de traiter des transactions spécifiques, telles que l’exploitation minière ou les jetons cryptographiques parachutés.

La légalité des actifs cryptographiques fait face à une incertitude en Inde

Pendant ce temps, le gouvernement indien finalise également sa position sur la légitimité de la cryptographie pour soumettre sa réponse à «l’évaluation mutuelle» du Groupe d’action financière (GAFI) entre février et mars 2023.

L’Inde n’est actuellement pas conforme au GAFI. Le GAFI exige que les pays aient une position claire sur la légalisation, l’interdiction partielle ou l’interdiction pure et simple des actifs cryptographiques.

Le ministère des Affaires économiques a annoncé qu’il rédigeait un document de consultation sur les actifs numériques virtuels (VDA) pour évaluer la légalité des VDA. Le processus de consultation a débuté le 17 septembre.

Le Conseil de stabilité financière et de développement (FSDC), présidé par le ministre indien des Finances Nirmala Sitharaman, a discuté de la nécessité de clarifier le statut des VDA en Inde, ainsi qu’un message pour accélérer l’initiative.

Sitharaman a également appelé le Fonds monétaire international (FMI) à diriger l’élaboration d’un cadre réglementaire pour la crypto-monnaie et à garantir une approche unifiée à l’échelle mondiale du secteur.

Réglementation cryptographique naissante en Inde

Le 1er juillet, la règle de 1% de la source déductible d’impôt (TDS) pour les transactions cryptographiques est entrée en vigueur. Le TDS oblige les citoyens indiens qui sont engagés dans la vente d’actifs cryptographiques tels que Bitcoin, Ether, Tether, BNB, Shiba Inu, Solana et autres, à déduire 1% des bénéfices en tant qu’impôt sur le revenu payable au Département de l’impôt sur le revenu de l’Inde.

Lors du budget de l’Union 2022-2023, qui a eu lieu en février, le gouvernement indien a défini les crypto-monnaies comme des VDA. Le statut de la crypto-monnaie est suspendu dans la balance.

Voir l’article original sur cryptoslate.com