Les sénateurs se joignent au chœur de la désapprobation de la «réglementation de la porte dérobée» dans le bulletin comptable du personnel de la SEC

Temps de lecture :2 Minutes, 34 Secondes

Le sénateur américain Bill Hagerty a envoyé une lettre, cosignée par quatre autres sénateurs républicains, au président de la Securities and Exchange (SEC) Commission Gary Gensler demandant le retrait d’un bulletin comptable du personnel, appelé SAB 121, publié par l’agence le 31 mars. Selon les sénateurs, le bulletin équivaut à une « réglementation déguisée en directives du personnel » et ne respecte pas la loi sur la procédure administrative.

Le SAB 121 fournit des conseils sur la comptabilité et la divulgation aux entreprises qui protègent les actifs cryptographiques des clients et leur permettent d’effectuer des transactions avec eux. Le bulletin indique que ces entreprises, qui incluent des plateformes telles que Coinbase et Robinhood, devraient inscrire les actifs numériques en tant que passifs dans leurs bilans à leur juste valeur. La nécessité de la nouvelle procédure comptable a été attribuée aux «risques accrus» des actifs cryptographiques.

La lettre des sénateurs a souligné que le personnel de la SEC fournit des conseils sur les réglementations existantes, mais aucune réglementation n’est citée dans le SAB 121, et le bulletin a été rédigé comme si la conformité était une attente, même si un bulletin du personnel n’est pas destiné à créer des obligations exécutoires. La lettre poursuit en critiquant plus largement la politique de la SEC :

« L’approche de la SEC sur le marché émergent de la cryptographie n’a pas promu le processus, la transparence ou l’engagement du public. »

En plus de Haggerty, la lettre a été signée par les sénateurs Cynthia Lummis, M. Michael Rounds, Thom Tillis et Mike Crapo. Le SAB 121 a suscité une réponse défavorable immédiate de la part du commissaire de la SEC, Hester Peirce, qui a également critiqué « la manière dont le changement est effectué ».

Coinbase a provoqué une agitation momentanée en mai lorsqu’il a inclus une déclaration selon laquelle « En cas de faillite, les actifs cryptographiques que nous détenons au nom de nos clients peuvent faire l’objet d’une procédure de faillite » dans son rapport du premier trimestre à la SEC. Le PDG Brian Armstrong s’est rendu sur Twitter pour expliquer que la déclaration avait été incluse en raison « d’une exigence de la SEC appelée SAB 121, qui est une nouvelle divulgation obligatoire », et que la société n’était pas en danger de faillite.

Le secteur bancaire a également réagi au bulletin avec inquiétude. L’American Bankers Association et la Securities Industry and Financial Markets Association SIFMA ont envoyé une lettre à la SEC le 27 mai disant: «Nos sociétés membres pensent qu’il y a un certain nombre de questions concernant la portée et l’application du SAB 121 et, par conséquent, pensent que le report de la la date d’entrée en vigueur est nécessaire pour s’assurer que ces questions sont traitées de manière appropriée.