Les sénateurs américains interpellent le président de la SEC pour le traitement d’une affaire de cryptographie

Les sénateurs américains interpellent le président de la SEC pour le traitement d’une affaire de cryptographie

Suite au récent rejet de l’affaire contre la société de cryptographie Digital Licensing par la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis, un groupe de sénateurs américains a envoyé une lettre au président de l’agence, Gary Gensler, exprimant ses inquiétudes quant au traitement de l’affaire.

Procédures « contraires à l’éthique » de la SEC dans une affaire de cryptographie

Le 7 février, cinq sénateurs républicains américains ont signé une lettre adressée au président de la SEC américaine, Gary Gensler. Le groupe, composé des sénateurs américains JD Vance, Bill Hagerty, Katie Boyd Britt, Thom Tillis et Cynthia Lummis, a exprimé ses inquiétudes concernant les « procédures d’exécution » de l’agence lors de l’affaire contre la société de cryptographie opérant sous le nom de « DEBT Box ».

Dans la lettre, les sénateurs américains ont souligné certaines des procédures « discutables » de la SEC, notamment un gel temporaire des actifs de l’entreprise et de ses dirigeants. Le tribunal de district a accordé les mesures de « secours d’urgence » pour le district de l’Utah avant de se rendre compte que « la Commission a fait des déclarations matériellement fausses et trompeuses… et a porté atteinte à l’intégrité de la procédure ».

Les sénateurs considèrent que la SEC a agi de « manière contraire à l’éthique et au professionnalisme » lors du traitement du dossier contre la société de cryptographie et déterminent qu’une telle performance « est inadmissible » de la part d’une agence fédérale :

Il est inconcevable qu’une agence fédérale – en particulier une agence régulièrement impliquée dans des procédures juridiques très lourdes de conséquences et qui, sous votre direction, a souvent poursuivi sa mission de régulation par des mesures coercitives plutôt que par l’élaboration de règles – puisse fonctionner d’une manière aussi contraire à l’éthique et au professionnalisme.

La lettre critique également le commentaire de la commission sur son incapacité à corriger les informations inexactes présentées par les avocats de la SEC après en avoir pris connaissance, affirmant que la déclaration suggère une négligence, ce qui est une explication « inacceptable » et « profondément troublante » de la part de l’agence.

Enfin, les sénateurs ont conclu leur lettre en suggérant que le traitement de l’affaire DEBT Box amène un examen minutieux d’affaires similaires menées par la SEC, porte atteinte à la confiance du public dans la commission et remet en question la mission de l’agence de protéger les investisseurs. Le document ajoute :

Ce cas suggère autre les affaires d’application intentées par la Commission méritent peut-être un examen minutieux. Il est difficile de garantir que d’autres affaires ne reposent pas sur des preuves douteuses, des obscurcissements ou de pures fausses déclarations.

Aperçu du cas de la boîte de dette

L’année dernière, la SEC a intenté une action en justice contre DEBT Box pour implication présumée dans un système de cryptographie frauduleux. Selon l’agence, le stratagème impliquait la vente de 50 millions de dollars de titres d’actifs cryptographiques non enregistrés à des investisseurs américains.

Le régulateur américain a obtenu un gel temporaire des avoirs de la société de cryptographie et des avoirs personnels des accusés, parmi lesquels les dirigeants de la société – Jason Anderson, Jacob Anderson, Schad Brannon et Roydon Nelson – et 13 autres personnes.

En conséquence, les mesures prises par l’agence américaine ont provoqué la fermeture temporaire de DEBT Box et le crash de son jeton natif DEBT de plus de 56 %, comme l’indique la lettre.

Après que le juge de district Robert J. Shelby ait examiné l’affaire, la SEC a été confrontée à la possibilité de sanctions en raison de déclarations inexactes. La révélation du traitement « trompeur » de l’affaire par l’agence a conduit la SEC à classer l’affaire le 30 janvier 2024.

La SEC américaine a admis que « ses avocats auraient dû être plus ouverts à l’égard de la Cour », mais en fin de compte réservé l’occasion de déposer une nouvelle plainte contre la société de cryptographie en rejetant l’affaire « sans préjudice ».

Bitcoin is trading at $47,586.3 in the hourly chart. Source: BTCUSDT on TradingView.com

Image en vedette de Unsplash.com, graphique de TradingView.com



Voir l’article original en anglais

Amazon music unlimited
Rejoignez dès maintenant Amazon Music Unlimited et plongez dans un univers de 100 millions de titres sans publicité. Profitez de 30 jours d’essai gratuit pour une expérience musicale inégalée !