Les meilleurs avocats de la SEC en cryptographie partent alors que l’emprise de Gary Gensler se resserre

Les meilleurs avocats de la SEC en cryptographie partent alors que l’emprise de Gary Gensler se resserre

L’industrie des crypto-monnaies regorge de rapports faisant état de troubles potentiels au sein de l’unité des actifs cryptographiques et de la cyber-unité de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis. Des avocats chevronnés envisageraient de partir, soulevant des questions sur le leadership et l’approche de l’agence en matière de réglementation du paysage des actifs numériques en évolution rapide.

Exode ou évolution ?

Le journaliste de Fox Business, Charles Gasparino, a d’abord signalé l’exode potentiel, citant des sources de grands cabinets d’avocats qui ont observé une augmentation des CV au sein de l’unité crypto de la SEC. Cela fait suite aux allégations selon lesquelles le président Gary Gensler aurait tenté de « bâillonner » les sociétés de cryptographie, jetant une ombre sur son style de leadership et ses décisions.

La SEC a mis en œuvre de nouvelles réglementations visant à étendre sa portée aux transactions cryptographiques considérées comme des titres, y compris celles du secteur de la finance décentralisée (DeFi). Cette décision a suscité de vives critiques de la part du secteur, qui y voit une atteinte excessive aux lois traditionnelles sur les valeurs mobilières et un obstacle à l’innovation. Les protocoles DeFi, par exemple, manquent souvent d’autorité centrale, ce qui rend les exigences SEC difficiles à mettre en œuvre.

La SEC se prépare, mais le moral faiblit ?

Malgré la controverse, la SEC cherche à renforcer ses capacités de réglementation dans le domaine de la cryptographie. Gensler a proposé un budget record de 2,4 milliards de dollars, avec des plans pour ajouter 170 nouveaux postes, y compris ceux au sein de l’unité crypto/cyber. Cela indique un engagement à renforcer leur surveillance dans ce secteur en pleine croissance.

Total crypto market cap at $1.739 trillion on the daily chart: TradingView.com

Cependant, l’exode signalé d’avocats chevronnés dresse un tableau différent. Les experts du secteur suggèrent que cela pourrait nuire à l’efficacité de la SEC, car les connaissances et l’expertise institutionnelles sont cruciales pour naviguer dans les complexités de la réglementation cryptographique.

Football politique ou carrefour politique ?

La prochaine élection présidentielle américaine ajoute encore à la complexité de la situation. Si le président Joe Biden est réélu, Gensler restera probablement président de la SEC jusqu’en 2026. À l’inverse, une victoire de Donald Trump pourrait entraîner des pressions en faveur de sa démission ou du maintien de son mandat jusqu’à la nomination d’un successeur. Cette politisation de la direction de la SEC soulève des inquiétudes quant à l’impartialité et à l’efficacité de son approche réglementaire.

Regarder vers l’avenir : un exercice d’équilibre

Les actions de la SEC témoignent de la reconnaissance de la nécessité d’une réglementation claire et efficace de la cryptographie. Cependant, leur approche doit équilibrer la nécessité de protéger les investisseurs et de favoriser l’innovation au sein de l’industrie. Répondre aux préoccupations de l’industrie, garantir la transparence et instaurer la confiance avec les parties prenantes seront essentiels pour naviguer dans ce paysage complexe.

L’exode signalé d’avocats chevronnés souligne l’importance de s’attaquer au moral interne et de favoriser un environnement de collaboration au sein de la SEC. En fin de compte, le succès de l’agence dans la réglementation de la cryptographie dépendra de sa capacité à trouver un équilibre délicat entre l’application, l’innovation et la confiance du public.

Image en vedette de Getty Images, graphique de TradingView



Voir l’article original en anglais

[the_ad_group id= »1657″]