Les dépôts auprès d’entités non bancaires, y compris les sociétés de cryptographie, ne sont pas assurés – FDIC

Temps de lecture :2 Minutes, 29 Secondes

La Federal Deposit Insurance Corporation des États-Unis, ou FDIC, a publié un avis informant le public qu’elle « n’assure pas les actifs émis par des entités non bancaires, telles que les sociétés de cryptographie ».

Dans un avis publié vendredi, la FDIC a informé les banques américaines qu’elles devaient évaluer et gérer les risques dans les relations avec des tiers avec des sociétés de cryptographie. L’agence gouvernementale a déclaré que si les dépôts dans les banques assurées étaient couverts jusqu’à 250 000 dollars, aucune protection de ce type ne s’appliquait « contre le défaut, l’insolvabilité ou la faillite de toute entité non bancaire, y compris les dépositaires de crypto, les bourses, les courtiers, les fournisseurs de portefeuille ou autres ». entités qui semblent imiter les banques.

« Certaines sociétés de cryptographie ont fait croire aux consommateurs que les produits de cryptographie sont éligibles à la couverture d’assurance-dépôts de la FDIC ou que les clients sont assurés par la FDIC si la société de cryptographie échoue », a déclaré la FDIC. « Ces types de déclarations sont inexacts et peuvent semer la confusion chez les consommateurs au sujet de l’assurance-dépôts et nuire aux consommateurs dans certaines circonstances. »

L’avis faisait suite à une lettre de jeudi de la division de l’application de la loi de la FDIC, dans laquelle les avocats généraux adjoints Jason Gonzalez et Seth Rosebrock affirmaient que le prêteur crypto Voyager Digital avait fait des déclarations « fausses et trompeuses » concernant les dépôts assurés. L’équipe juridique a suggéré que la FDIC n’assurerait ni les clients de Voyager ni fonds déposés sur la plateforme contre la faillite de l’entreprise.

«La confusion des clients peut entraîner des risques juridiques pour les banques si une société de cryptographie, ou un autre partenaire tiers d’une banque assurée avec laquelle elle traite, fait de fausses déclarations sur la nature et la portée de l’assurance-dépôts. De plus, les fausses déclarations et la confusion des clients pourraient amener les consommateurs inquiets ayant des relations entre assurés et banques à transférer des fonds, ce qui pourrait entraîner un risque de liquidité pour les banques et, à son tour, pourrait potentiellement entraîner des risques pour les bénéfices et le capital.

Lié: La FDIC veut que les banques américaines rendent compte des activités actuelles et prévues liées à la cryptographie

La FDIC a commencé à assurer les dépôts en 1934, en commençant par une couverture pouvant atteindre 2 500 $. Depuis lors, l’agence gouvernementale n’a signalé aucun déposant « perdu un sou » dans une banque assurée par la FDIC, malgré la faillite de plus de 9 000 de ces institutions avant 1940. La FDIC a signalé que 561 banques assurées ont fait faillite entre 2001 et 2022, atteignant un pic de 157 en 2010.