Le projet de loi russe mis à jour sur l’exploitation de la cryptographie réduit l’amnistie fiscale pour les mineurs de Bitcoin

Temps de lecture :1 Minutes, 40 Secondes

En moins d’un mois, le projet de loi sur le crypto mining au parlement russe a perdu plusieurs points clés, comme l’obligation pour les opérateurs miniers de s’inscrire à un registre spécial et une amnistie fiscale d’un an pour tous ceux qui se sont inscrits. Selon le raisonnement, le projet précédent entraînerait des pertes budgétaires fédérales.

Le nouveau projet de loi «Sur l’exploitation minière en Fédération de Russie», datant de vendredi dernier, est apparu dans la base de données de la chambre basse du parlement russe, la Douma d’État. Le document comporte plusieurs modifications importantes par rapport à la version précédente, présentée par les co-sponsors le 29 avril.

Alors que le texte reste inchangé en général, le nouveau projet manque la sous-section sur un registre des opérateurs miniers, auquel les entreprises devraient s’inscrire pour poursuivre leur travail. Dans la dernière version, pour démarrer l’exploitation minière, les entreprises de crypto-minage doivent s’enregistrer en tant que propriétaires uniques ou travailleurs indépendants. Les sociétés suivraient une procédure standard pour l’enregistrement des sociétés.

En relation: La Russie va inclure la crypto dans son code des impôts : Voici à quoi pourraient ressembler les règles

Une autre correction a balayé la promesse d’amnistie fiscale lors de la première année d’enregistrement. Le délai de grâce allait s’appliquer au dédouanement du matériel minier, à tous les bénéfices réalisés avant l’adoption de la loi et aux éventuelles violations des limites strictes des transferts d’argent à l’étranger adoptées par le gouvernement russe le 8 mars. médias locaux, dans son examen du projet, le département juridique de la Douma a critiqué les initiatives d’enregistrement et d’amnistie fiscale, déclarant qu’elles pourraient « éventuellement engendrer des coûts sur le budget fédéral ».

Le 7 avril, le chef de la commission des marchés financiers de la Douma d’État, Anatoly Aksakov, a révélé que les amendements au code fiscal fédéral concernant la cryptographie devraient être adoptés d’ici la fin de la session parlementaire d’été. On ne sait pas s’ils incluraient des spécifications concernant l’exploitation minière.