Le gouvernement britannique fait demi-tour sur les transactions de portefeuille crypto non hébergées

Temps de lecture :1 Minutes, 39 Secondes


Nouvelles de la réglementation

  • HM Ministry n’exigera plus de détails d’identification pour chaque transfert de fonds dans des portefeuilles cryptographiques privés.
  • Ils ont décidé sur la base d’une consultation avec 94 réponses.
  • Le gouvernement n’a pas entièrement dispensé les portefeuilles non hébergés de toutes les fonctions de surveillance.

Le gouvernement du Royaume-Uni n’exigera plus les détails d’identification de chaque expéditeur et destinataire de fonds dans des portefeuilles cryptographiques privés. Cette mise à jour provient d’un récent rapport du Trésor de Sa Majesté (HM), le ministère de l’Économie et des Finances du gouvernement.

En juillet de l’année dernière, le Trésor a déclaré: « Les sociétés d’actifs cryptographiques devront mettre en place des systèmes pour garantir que les informations personnelles de l’initiateur et du bénéficiaire d’un transfert d’actifs cryptographiques sont transmises et reçues parallèlement au transfert. »

Layer on the Ministry a lancé une consultation intitulée «Amendements to the Money Laundering, Terrorist Financing and Transfer of Funds (Information on the Payer) Regulations 2017 Statutory Instrument 2022» large éventail de répondants. Sur la base des commentaires, le gouvernement a modifié ses propositions concernant les portefeuilles non hébergés. Le nouveau document se lit comme suit :

Réduisez vos frais d’échanges
Les frais d’échanges peuvent représenter plusieurs centaines de dollars chaque année. Pour cette raison, les bons tradeurs cherchent à les réduire car ils peuvent impacter fortement leurs résultats. Vous aussi vous pouvez le faire grâce aux liens ci-dessous :

Au lieu d’exiger la collecte d’informations sur le bénéficiaire et l’expéditeur pour tous les transferts de portefeuille non hébergés, les entreprises de crypto-actifs ne seront censées collecter ces informations que pour les transactions identifiées comme présentant un risque élevé de financement illicite.

Le gouvernement estime désormais que les transferts de portefeuilles non hébergés ne sont pas automatiquement des transactions à haut risque, car de nombreuses personnes y détiennent des actifs cryptographiques à des fins légitimes, telles que leur personnalisation et leurs avantages potentiels en matière de sécurité.

Néanmoins, le gouvernement n’a pas totalement dispensé les portefeuilles non hébergés des fonctions de surveillance afin de ne pas inciter les criminels à les utiliser pour échapper aux contrôles. Le ministère a conclu que les facteurs minimaux servant à déterminer le risque seraient énoncés dans la loi.

Voir l’article original sur coinquora.com