Le commissaire de la CFTC fait allusion à des accusations excessives concernant KuCoin

Le commissaire de la CFTC fait allusion à des accusations excessives concernant KuCoin

Caroline Pham, commissaire de la CFTC, a publiquement critiqué l’action en justice intentée par son agence contre l’échange cryptographique KuCoin.

La Commodity Futures Trading Commission, en collaboration avec le ministère américain de la Justice, a inculpé KuCoin le 26 mars pour avoir exploité illégalement une bourse de dérivés d’actifs numériques.

L’accusation portée par la CFTC a suscité une controverse, notamment en ce qui concerne les frontières juridictionnelles entre la CFTC et son organisme de réglementation sœur, la Securities and Exchange Commission (SEC).

« Posséder des actions n’est pas la même chose que négocier des produits dérivés », a déclaré Pham, exprimant ses inquiétudes quant au fait que la plainte de la CFTC confond le concept de titres d’investissement avec les activités de négociation. Selon Pham, l’interprétation de l’agence pourrait potentiellement empiéter sur l’autorité de la SEC, sapant ainsi les lois établies sur la protection des investisseurs.

Pham a fait valoir que la plainte « semble affirmer que les parts de fonds détenues par les investisseurs – à savoir les titres – peuvent elles-mêmes constituer des opérations à effet de levier », une position qui, selon elle, fusionne à tort la nature d’un instrument financier avec l’activité financière, perturbant ainsi les fondements du marché des valeurs mobilières.

L’incident met en évidence le débat en cours et la confusion sur la portée réglementaire précise des crypto-monnaies aux États-Unis.

La SEC et la CFTC se sont déjà affrontées sur la classification de crypto-monnaies spécifiques, telles que l’Ether (ETH). Le président de la SEC, Gary Gensler, suggère que de nombreuses crypto-monnaies relèvent des valeurs mobilières, tandis que la CFTC considère l’Ether comme une marchandise dans ses récentes accusations.

La divergence des points de vue montre la situation réglementaire critique, comme l’a souligné le président de la CFTC, Rostin Behnam, lors d’une audition au Congrès au début du mois. Behnam a souligné les implications importantes si la SEC devait classer l’éther comme un titre, plaçant potentiellement les inscrits à la CFTC qui inscrivent des contrats à terme sur l’éther dans une position de non-conformité aux réglementations de la SEC.

Suivez-nous sur Google Actualités

Voir l’article original en anglais

[the_ad_group id= »1657″]