L’affaire de faillite de Genesis prévue pour la première audience

Temps de lecture :2 Minutes, 12 Secondes

La première audience dans l’affaire de faillite de Genesis Capital aura lieu le 23 janvier à 14 h 00, heure de l’Est, selon les documents déposés par le tribunal. Le juge Sean H. Lane du tribunal des faillites des États-Unis pour le district sud de New York entendra l’affaire.

En vertu du chapitre 11 de la faillite, les entreprises peuvent proposer un plan de réorganisation aux créanciers tout en poursuivant leurs activités commerciales, a déclaré à Cointelegraph Mark Pfeiffer, avocat spécialisé en faillite au sein du cabinet d’avocats Buchanan Ingersoll & Rooney.

Dans le cadre de la première étape de la procédure de mise en faillite, le tribunal décidera d’accepter ou non la réparation demandée en vertu du chapitre 11 par Genesis Global Holdco et deux de ses filiales commerciales de prêt, Genesis Global Capital et Genesis Asia Pacific – collectivement connues sous le nom de Genesis Capital. Une administration conjointe des dossiers a également été demandée par les entreprises.

Un comité pour les créanciers non garantis sera également nommé par le syndic américain dans le cadre de la procédure. Le comité aura le droit d’exiger que les entreprises soient consultées avant de prendre des décisions ou des changements importants et de participer au plan de réorganisation. Vingt des plus grands créanciers non garantis sont généralement sélectionnés pour le comité, selon les documents judiciaires.

En relation: Les problèmes juridiques de Gemini et Genesis risquent de secouer davantage l’industrie

Citant des passifs allant jusqu’à 10 milliards de dollars, les sociétés ont déposé une demande de mise en faillite le 19 janvier, plus de deux mois après avoir divulgué une exposition de 175 millions de dollars à FTX et des problèmes de liquidité causés par l’effondrement de l’échange crypto. Les retraits sont suspendus de la plateforme de Genesis Global Capital depuis le 16 novembre.

Le plan Genesis Chapter 11 appelle à une résolution globale de toutes les réclamations et à la création d’une fiducie qui distribuera les actifs aux créanciers, selon un communiqué de presse. Dans le cadre d’un « processus à double voie », les sociétés poursuivront la « vente, l’augmentation de capital et / ou une transaction d’actionnariat » qui permettrait apparemment à son entreprise « d’émerger sous un nouveau propriétaire ».

La société mère de Genesis Capital, Digital Currency Group (DCG), a récemment nié toute implication dans le dépôt de bilan, affirmant qu’un comité spécial d’administrateurs indépendants avait recommandé et décidé de déposer une demande de mise en faillite en vertu du chapitre 11. Seules les entités prêteuses de Genesis ont déposé une demande de mise en faillite. Genesis Global Trading et l’entité de négociation au comptant et de produits dérivés de Genesis resteront opérationnelles.