La République centrafricaine demande l’assistance de la Banque centrale régionale pour élaborer une réglementation sur la cryptographie BlockBlog

Temps de lecture :3 Minutes, 38 Secondes

Un nouveau rapport a affirmé que la République centrafricaine, qui est devenue le premier pays d’Afrique à donner cours légal au bitcoin, a récemment demandé l’aide de la banque centrale régionale pour développer un cadre réglementaire de crypto-monnaie. Le rapport indique également que la RCA a exprimé son « attachement à la monnaie unique et au respect des statuts de la Banque des États de l’Afrique centrale ».

Développer un cadre de réglementation cryptographique

Après s’être initialement disputée avec la République centrafricaine (RCA) au sujet de sa décision de donner cours légal au bitcoin, la Banque des États de l’Afrique centrale (BCAS) a récemment affirmé avoir reçu une demande d’assistance pour l’élaboration du « cadre réglementaire régissant les actifs cryptographiques » de la part du gouvernement à Bangui. Dans un communiqué, le BCAS a révélé que la CAR avait réitéré son engagement envers les statuts du groupe régional.

En envoyant cette demande d’assistance à la BCAS, qui dessert six pays qui composent la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), la RCA peut signaler sa volonté de mettre fin à une querelle qui a commencé après avoir donné cours légal au bitcoin.

Réduisez vos frais d’échanges
Les frais d’échanges peuvent représenter plusieurs centaines de dollars chaque année. Pour cette raison, les bons tradeurs cherchent à les réduire car ils peuvent impacter fortement leurs résultats. Vous aussi vous pouvez le faire grâce aux liens ci-dessous :

Comme indiqué précédemment par Bitcoin.com News, la décision de la RCA a été critiquée par ses pairs de la région. Le prêteur mondial, le Fonds monétaire international (FMI) a également mis en garde les dirigeants du pays contre le fait de donner cours légal au bitcoin. Cependant, avant ce dernier rapport, la CAR avait largement ignoré les avertissements et avait procédé au lancement d’une crypto-monnaie connue sous le nom de pièce Sango.

Pourtant, selon un article du Business in Cameron, l’annonce du rapprochement de la BCAS avec le gouvernement du président Faustin-Archange Touadéra a été faite à l’issue d’une réunion du comité ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale (CAMU) le 21 juillet.

Le rapport ajoute également que Hervé Ndoba de la BCAS et le ministre des Finances et du Budget de la RCA ont tous deux signé la déclaration qui signale l’engagement des deux parties à travailler à nouveau ensemble.

La RCA engagée dans une monnaie régionale unique

Décrivant ce que signifie la réitération par la RCA de son engagement envers une monnaie unique, le document de la BCAS déclare :

Après avoir examiné les implications de la loi régissant la crypto-monnaie en République centrafricaine sur l’architecture réglementaire communautaire en matière monétaire et financière, le Conseil d’administration s’est félicité de l’expression par la RCA de son attachement à la monnaie unique et au respect des statuts de la Banque des États de l’Afrique centrale, les textes régissant l’union monétaire et ses engagements communautaires.

Pendant ce temps, le rapport Business in Cameron a suggéré que les commentaires de la BCAS et de la CAMU signalent que les cordiaux ont des relations avec la France – le gardien de la monnaie du groupe économique régional, le franc CFA – pourraient avoir été rétablies.

Enregistrez votre e-mail ici pour recevoir une mise à jour hebdomadaire sur l’actualité africaine envoyée dans votre boîte de réception :

Quelles sont vos pensées sur cette histoire? Faites-nous savoir ce que vous pensez dans la section des commentaires ci-dessous.

Terence Zimwara

Terence Zimwara est un journaliste, auteur et écrivain primé au Zimbabwe. Il a beaucoup écrit sur les problèmes économiques de certains pays africains ainsi que sur la façon dont les monnaies numériques peuvent fournir aux Africains une voie d’évasion.







Crédits image: Shutterstock, Pixabay, Wiki Commons

Clause de non-responsabilité: Cet article est à titre informatif seulement. Il ne s’agit pas d’une offre directe ou d’une sollicitation d’une offre d’achat ou de vente, ni d’une recommandation ou d’une approbation de tout produit, service ou entreprise. Bitcoin.com ne fournit pas de conseils d’investissement, fiscaux, juridiques ou comptables. Ni la société ni l’auteur ne sont responsables, directement ou indirectement, de tout dommage ou perte causé ou présumé avoir été causé par ou en relation avec l’utilisation ou la confiance accordée à tout contenu, bien ou service mentionné dans cet article.



Voir l’article original sur news.bitcoin.com