La législation sur l’euro numérique échoue dans six domaines clés

La législation sur l’euro numérique échoue dans six domaines clés
  • L’Institut de la Finance Internationale (IIF) critique le projet de loi sur l’euro numérique de la Commission européenne car il manque six aspects cruciaux.
  • Les domaines de préoccupation comprennent les mécanismes de stabilité financière, le recouvrement des coûts pour les prestataires de services de paiement et les contrôles de confidentialité non définis.

Alors que la technologie blockchain continue de façonner les systèmes financiers modernes, le besoin d’une législation bien conçue n’a jamais été aussi crucial. Une récente mise à jour de l’Institut de la finance internationale (IIF) jette un œil perspicace sur les tentatives de la Commission européenne de légiférer sur l’euro numérique, citant plusieurs insuffisances dans le cadre proposé. Notre point de vue sur cette mise à jour correspond étroitement aux commentaires de Cointelegraph.

Mécanisme de stabilité financière décevant

L’IIF, une organisation mondiale de défense des intérêts financiers, a analysé le projet de loi présenté en juin et a exprimé ses inquiétudes quant aux mécanismes mis en place pour garantir la stabilité financière et l’intermédiation bancaire. Les limites de détention, qui constituent une partie importante de ce mécanisme, restent non précisées, ce qui rend difficile la manière dont elles seraient appliquées, a souligné l’IIF.

« Le mécanisme proposé pour la stabilité financière dans le projet de loi est vague, laissant un nuage d’incertitude autour de l’application des limites de détention », indique le rapport.

La législation semble également passer sous silence la pression financière potentielle sur les prestataires de services de paiement (PSP). La mise en œuvre de services numériques pour l’euro, depuis la connexion des infrastructures jusqu’au développement de logiciels de portefeuille, a un coût. Cependant, avec le plafonnement des frais et l’obligation pour les établissements de crédit de fournir gratuitement des services numériques de base en euros, la capacité des PSP à recouvrer ces coûts semble menacée. L’un des répondants de l’IIF a souligné :

« Les défis de modèle économique posés par cette législation sont importants, notamment en ce qui concerne le recouvrement des coûts pour les PSP. »

Suivez-nous pour les dernières nouvelles sur les cryptomonnaies !

Les contrôles de confidentialité et la gouvernance manquent de définition

Dans un paysage numérique en évolution, les contrôles de confidentialité sont primordiaux. Pourtant, la législation proposée laisse ces contrôles indéfinis. On ne sait pas exactement quelles mesures les PSP doivent prendre pour se conformer aux exigences en matière de confidentialité, ce qui soulève des inquiétudes quant à la faisabilité de cette conformité lors du lancement de l’euro numérique. De plus, la structure de gouvernance telle que proposée laisse beaucoup à désirer. La Banque centrale européenne (BCE), chargée de superviser les banques et de gérer l’euro numérique, pourrait se retrouver dans des rôles contradictoires sans surveillance indépendante. Ce manque de clarté s’étend aux mesures de lutte contre le blanchiment d’argent et de cybersécurité, qui doivent encore être établies.

L’IIF s’est également prononcée sur le manque d’attention accordée à l’interopérabilité, déclarant :

« Une monnaie numérique de banque centrale (CBDC) devrait fonctionner sur des plates-formes où d’autres monnaies numériques sont hébergées pour éviter de recréer des systèmes parallèles qui pourraient être gourmands en ressources. »

La législation se développe parallèlement à l’infrastructure de l’euro numérique, qui est actuellement en phase d’enquête et devrait se poursuivre jusqu’en octobre. Les étapes à venir consistent à tester des solutions techniques et commerciales, même si la mise en place d’un euro numérique opérationnel dépend de l’adoption de la législation.

Crypto News Flash n’approuve pas et n’est pas responsable du contenu, de l’exactitude, de la qualité, de la publicité, des produits ou d’autres éléments de cette page. Les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d’entreprendre toute action liée aux crypto-monnaies. Crypto News Flash n’est pas responsable, directement ou indirectement, de tout dommage ou perte causé ou présumé être causé par ou en relation avec l’utilisation ou la confiance accordée à tout contenu, biens ou services mentionnés.



Voir l’article original en anglais

Trezor One – Portefeuille Matériel de Crypto-Monnaie – Le Stockage à Froid Le Plus Fiable pour Bitcoin, Ethereum, ERC20 et Bien d’autres (Noire)