La CRF sud-coréenne dévoile une stratégie pour bloquer les plateformes de cryptographie illicites

La CRF sud-coréenne dévoile une stratégie pour bloquer les plateformes de cryptographie illicites

La Corée du Sud s’apprête à intensifier son examen des échanges d’actifs virtuels en prévoyant de mener des inspections et de bloquer les plateformes qui ne répondent pas aux normes réglementaires plus tard cette année.

La Cellule de renseignement financier (CRF) a présenté un « Plan de travail 2024 » complet qui comprend des consultations avec le Comité consultatif politique pour recueillir des avis d’experts. Cette stratégie vise à protéger le marché du won coréen contre les échanges non autorisés et à renforcer les protocoles de lutte contre le blanchiment d’argent (AML) pour identifier et éliminer les opérateurs non conformes. Des avocats et des comptables seront mobilisés pour soutenir ces efforts.

L’approche de la CRF comprend un processus d’inspection en deux phases, commençant par une évaluation initiale des risques de blanchiment d’argent et du fonctionnement du marché au premier semestre 2024. Une enquête plus approfondie suivra au second semestre, ciblant les opérateurs d’actifs virtuels qui ne respectent pas les réglementations. normes. L’initiative s’étendra à l’évaluation des principaux actionnaires et à l’application de critères de disqualification plus stricts pour ceux qui ont des antécédents de violations de la loi ou un crédit social médiocre, comme les défauts de paiement.

L’accent mis sur l’alignement sur les lignes directrices du Groupe d’action financière (GAFI) reflète un engagement envers les meilleures pratiques internationales, notamment en matière de prévention et d’arrêt des transactions suspectes au cours des enquêtes. La Corée du Sud, un acteur important sur le marché mondial des crypto-monnaies, héberge certaines des principales bourses mondiales et représente une part substantielle du commerce mondial des crypto-monnaies.

Les mesures réglementaires en Corée du Sud deviennent plus strictes, avec des règles imminentes visant les sociétés de cryptographie pour des allégations de fraude, de détournement de fonds et d’abus de confiance, à compter du 19 juillet. Les propositions législatives de l’année dernière ont ouvert la voie à des sanctions drastiques en cas de manipulation de marché, notamment des amendes importantes et des sanctions. possibilité de condamnation à perpétuité pour des infractions majeures.

Baptisée Virtual Asset User Protection Act, cette nouvelle réglementation interdit la manipulation du marché, le commerce illicite et l’exploitation d’informations non publiques, introduisant l’emprisonnement à vie comme sanction potentielle pour la génération de profits illégaux supérieurs à 5 milliards de won. En outre, cela nécessite que les échanges d’actifs virtuels conservent les fonds des utilisateurs via les banques et sécurisent la majorité des actifs numériques des utilisateurs de manière déconnectée d’Internet, augmentant ainsi la sécurité et la fiabilité de l’écosystème des actifs numériques.

Dans le même ordre d’idées, à la suite du scandale Coin Gate, un mandat oblige désormais les hauts fonctionnaires à divulguer leurs avoirs en cryptomonnaies. Cette décision vise à renforcer la transparence et la responsabilité face aux inquiétudes concernant les délits d’initiés au sein de la sphère politique.

Suivez-nous sur Google Actualités

Voir l’article original en anglais

Amazon music unlimited
Rejoignez dès maintenant Amazon Music Unlimited et plongez dans un univers de 100 millions de titres sans publicité. Profitez de 30 jours d’essai gratuit pour une expérience musicale inégalée !