La Belgique dit que Bitcoin et Ethereum ne sont pas des titres

Temps de lecture :2 Minutes, 30 Secondes
Haru Invest

L’Autorité belge des services et marchés financiers a déclaré que les actifs cryptographiques sans émetteur, comme Bitcoin (BTC) et Ethereum (ETH), ne sont pas des valeurs mobilières.

Le régulateur financier a déclaré dans un communiqué de presse du 24 novembre qu’il ne se préoccupe pas de la technologie et que sa classification des actifs ne serait pas déterminée par le fait qu’elle dépende ou non d’une blockchain.

Selon le régulateur, il se concentre sur la question de savoir si l’actif transférable a un émetteur. Si ce n’est pas le cas, alors il n’est pas qualifié pour être qualifié de valeur mobilière ou d’instrument d’investissement, et le Règlement Prospectus, la Loi Prospectus et les règles de conduite MiFID ne s’appliqueront pas.

Réduisez vos frais d’échanges
Les frais d’échanges peuvent représenter plusieurs centaines de dollars chaque année. Pour cette raison, les bons tradeurs cherchent à les réduire car ils peuvent impacter fortement leurs résultats. Vous aussi vous pouvez le faire grâce aux liens ci-dessous :

« S’il n’y a pas d’émetteur, comme dans les cas où les instruments sont créés par un code informatique, et cela ne se fait pas en exécution d’un accord entre l’émetteur et l’investisseur (par exemple, Bitcoin ou Ether). »

Toutefois, d’autres réglementations peuvent s’appliquer à ces actifs s’ils ont une fonction de paiement ou d’échange.

De plus, les actifs cryptographiques qui ne sont pas considérés comme des valeurs mobilières sont soumis aux lois anti-blanchiment d’argent et à d’autres lois locales. La distribution d’instruments financiers basés sur la cryptographie aux clients de détail en Belgique est interdite.

Actifs auprès d’émetteurs, objectifs d’investissement qualifiés de titres

Les autorités belges ont déclaré que les actifs que les émetteurs ont incorporés dans des instruments pourraient être déclarés titres en vertu de leur règlement Prospectus.

Selon le régulateur, si ces instruments sont négociables, représentatifs d’un droit de participation au résultat, voire conférant un droit de vote, ils peuvent être qualifiés de valeurs mobilières ou d’instruments de placement.

L’organisme de surveillance financière a ajouté que les actifs ayant des objectifs d’investissement seraient également classés comme des instruments d’investissement en vertu de sa loi sur les prospectus. Les objectifs d’investissement sont définis ci-dessous :

  • Les instruments sont transférables à des personnes autres que l’émetteur.
  • L’émetteur émet un nombre limité d’instruments.
  • L’émetteur envisage de les négocier sur le marché et a une attente de profit.
  • Les fonds collectés servent au financement général de l’émetteur et du service ou
    le projet reste à développer.
  • Les instruments sont utilisés pour payer le personnel.
  • L’émetteur organise plusieurs tours de vente à des prix différents.

Le régulateur a déclaré que cette intervention était nécessaire car il a reçu plusieurs questions sur ce qui qualifie un actif crypto en tant que sécurité.

Aux États-Unis, l’absence de clarté réglementaire claire a entraîné plusieurs poursuites contre des sociétés de cryptographie par les régulateurs. La SEC américaine est actuellement impliquée dans une bataille juridique de deux ans avec Ripple au sujet des ventes de ses jetons XRP.

Voir l’article original sur cryptoslate.com