Kevin O’Leary dit qu’il a doublé sur la crypto au milieu du ralentissement, en nommant Bitcoin, Ethereum et trois Altcoins

Temps de lecture :1 Minutes, 33 Secondes

Couvert:

  • Kevin O’Leary double
  • Le vrai problème, selon O’Leary

O’Leary double

La star de Shark Tank, Kevin O’Leary, révèle qu’il a profité du ralentissement du marché pour ajouter à ses avoirs en crypto.

Dans une nouvelle interview avec Stansberry Research, O’Leary dit que son portefeuille de crypto a subi une baisse à deux chiffres, mais il en a profité pour acheter la baisse.

« Nous avons pris un coup. Nous étions à 20% [of the portfolio] puis il a augmenté jusqu’à 23 %. Puis il est descendu à 16% du portefeuille. C’était vraiment volatil. Mais j’ai toujours dit que vous allez avoir cette volatilité dans une industrie qui n’est pas réglementée parce qu’il n’y a pas d’offre institutionnelle.

Réduisez vos frais d’échanges
Les frais d’échanges peuvent représenter plusieurs centaines de dollars chaque année. Pour cette raison, les bons tradeurs cherchent à les réduire car ils peuvent impacter fortement leurs résultats. Vous aussi vous pouvez le faire grâce aux liens ci-dessous :

Donc probablement au plus bas, nous étions à 15 %. Nous avons perdu 40% de la valeur et maintenant nous sommes revenus sur certains projets. Et ils ne sont pas tous revenus au même rythme.

Les grands acteurs, les grands noms de capitalisation boursière comme Bitcoin (BTC), comme Ethereum (ETH), comme Solana (SOL), comme Polygon (MATIC) et Hedera (HBAR), dans certains cas, nous avons doublé. Nous avons profité de l’extrême volatilité et des noms à grande capitalisation comme ETH, comme Bitcoin. Pourquoi ne pas ajouter à la position si vous allez rester longtemps ?

Le vrai problème, selon O’Leary

Selon le capital-risqueur, le « vrai problème » auquel sont actuellement confrontés les actifs cryptographiques est le manque de participation institutionnelle.

« Cette classe d’actifs n’est corrélée à rien comme les gens le pensaient. Ce n’est pas encore corrélé à l’inflation.

Mais le vrai problème… c’est vraiment une jauge sur où se trouve l’acheteur institutionnel. Et pour l’instant, zéro. Ils n’ont pas de Bitcoin.

Quiconque vous dit que les institutions des souverains en sont propriétaires est plein de caca.

*Cet article a été initialement publié dans le Daily Hodl.

Voir l’article original sur cryptosrus.com