Binance obtient une licence pour opérer à Dubaï

Temps de lecture :1 Minutes, 40 Secondes

Échange de crypto-monnaie Binance annoncé mercredi qu’il avait obtenu une licence pour opérer à Dubaï, aux Émirats arabes unis. La présence de la société au Moyen-Orient s’est renforcée ces derniers temps, avec une licence de fournisseur de services de cryptographie sur un autre marché du Golfe, Bahreïn, qui est arrivée plus tôt cette semaine.

Dans le cadre de la licence de fournisseur d’actifs virtuels de Dubaï (VASP), Binance sera autorisée à ouvrir un bureau dans l’émirat et à fournir des services d’échange d’actifs numériques aux investisseurs préqualifiés et aux sociétés financières conformément aux directives réglementaires récemment adoptées.

Dubaï est l’un des sept émirats constituant la fédération des Émirats arabes unis. Ce accueille 22 VASP, avec une nouvelle licence d’échange d’actifs virtuels (VAX) introduite dans la zone économique spéciale de l’émirat. La première société de cryptographie à en obtenir un était FTX, qui a annoncé le développement plus tôt cette semaine. Binance a presque immédiatement suivi les traces de son concurrent.

Cette décision s’inscrit dans le cadre de la stratégie ascendante de Binance au Moyen-Orient. Le 15 mars, l’échange cryptographique a annoncé l’obtention d’une licence pour opérer dans un autre pays du Golfe, Bahreïn. Il permettra à la plus grande bourse du monde en volume de fournir des services de négociation, de garde et de gestion de portefeuille aux clients bahreïnis.

Bahreïn et les Émirats arabes unis (et Dubaï, en particulier) adoptent une approche favorable à l’innovation et se disputent le statut de juridiction la plus favorable à la cryptographie de la région. En janvier 2022, la Banque centrale de Bahreïn (CBB) a testé avec succès le système de paiement cryptographique de JP Morgan.

L’introduction de la nouvelle législation sur la cryptographie aux Émirats arabes unis en mars 2022 a été une étape majeure dans les efforts continus de la fédération pour « aider le secteur à se développer et à protéger les investisseurs », comme l’a dit le Premier ministre du pays, le cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum.