Binance annonce son conseil d’administration pour la première fois

Binance annonce son conseil d’administration pour la première fois

L’échange de crypto Binance a établi son premier conseil d’administration. Cette évolution est une réponse au plaidoyer de culpabilité de l’entreprise face aux accusations américaines, notamment en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et de violations des sanctions.

Gabriel Abed, ancien ambassadeur de la Barbade aux Émirats arabes unis, a été nommé président de ce nouveau conseil d’administration composé de sept membres.

Le conseil d’administration de Binance manque de contrôle externe : critiques

La composition du conseil reflète un mélange de leadership interne et d’expertise externe. Aux côtés d’Abed, le PDG de Binance, Richard Teng, et les dirigeants de longue date Heina Chen, Jinkai He et Lilai Wang, ont rejoint le conseil d’administration.

Les membres externes Arnaud Ventura et Xin Wang enrichissent le conseil d’administration de leurs diverses perspectives. Ces nominations sont effectives depuis le 7 mars.

Sous la direction de Teng, initiée en novembre, Binance connaît des changements importants. Après un accord avec les autorités américaines, la bourse s’oriente vers un cadre d’entreprise plus conventionnel. Cela comprend la création d’un conseil d’administration formel et éventuellement la mise en place d’un siège définitif.

En savoir plus: Binance Review 2023 : est-ce le bon échange cryptographique pour vous ?

Le règlement de 4,3 milliards de dollars, qui est l’un des plus importants de l’histoire juridique des États-Unis, accentue le contrôle réglementaire rigoureux des échanges cryptographiques.

En raison de la domination interne du conseil d’administration, cette décision a suscité des réactions mitigées. Des experts comme Austin Campbell, consultant auprès d’entreprises blockchain, ont exprimé leurs inquiétudes concernant la surveillance externe limitée du conseil d’administration et la nécessité de professionnels de la conformité financière plus expérimentés.

« Le fait que Binance ait un conseil d’administration composé principalement d’initiés de l’entreprise me dit qu’ils sont toujours résistants au contrôle et à la surveillance externes, et le manque de profondeur au sein du conseil d’administration composé de membres indépendants ayant une profonde expérience en matière de risques financiers réglementés ou de conformité n’est pas idéal », a déclaré Campbell.

De plus, les problèmes juridiques de Binance sont loin d’être terminés, puisque le fondateur Changpeng Zhao attend sa condamnation en avril. La peine de prison potentielle de 18 mois imposée à Zhao témoigne des graves répercussions du non-respect des normes réglementaires.

À l’échelle internationale, les défis réglementaires de Binance s’intensifient. Par exemple, le Nigeria a récemment accusé l’échange d’évasion fiscale. Cette affaire souligne les défis mondiaux en matière d’application, soulignant l’importance de la conformité réglementaire pour les entités de crypto-monnaie.

Lire la suite : Réglementation crypto : quels sont les avantages et les inconvénients ?

Cependant, l’impact ultime de ces réformes de gouvernance sur l’intégrité opérationnelle de Binance reste à voir.

Clause de non-responsabilité

Conformément aux directives du Trust Project, BeInCrypto s’engage à fournir des rapports impartiaux et transparents. Cet article de presse vise à fournir des informations précises et actuelles. Il est toutefois conseillé aux lecteurs de vérifier les faits de manière indépendante et de consulter un professionnel avant de prendre une décision basée sur ce contenu. Veuillez noter que nos conditions générales, notre politique de confidentialité et nos clauses de non-responsabilité ont été mises à jour.

Voir l’article original en anglais

[the_ad_group id= »1657″]