La carrière criminelle de Charlie Shrem

Temps de lecture :3 Minutes, 19 Secondes

Nous sommes en 2011. Charlie Shrem n’a que 21 ans lorsqu’il fonde l’entreprise qui allait changer sa vie à jamais. Le déclencheur de son entrepreneuriat aurait été un crash de son service de stockage BTC. Selon Shrem, il a perdu une grande partie de son Bitcoin dans le processus.

Marqué par ce revers, Shrem s’associe à un ami la même année et fonde BitInstant. L’échange Bitcoin est un succès complet et fait de Shrem un multimillionnaire après un court laps de temps. Parfois, BitInstant est responsable de 30 à 35 % de toutes les transactions Bitcoin. Ce qui suit est la vie de Shrem comme un excellent exemple du cliché « Bitcoin millionnaire ». Fêtes, voitures rapides et l’ambition constante d’en vouloir toujours plus : l’Américain vit dans la voie rapide.

Voyage en prison

Puis vint le tournant en 2014. La fameuse « route de la soie » devient de plus en plus au centre de l’attention du public – et celle des forces de l’ordre. Des armes, de la drogue, de la pédopornographie et toutes sortes d’autres biens ou services illégaux sont vendus de manière anonyme sur « eBay du dark web ». La plateforme de trading n’acceptait que le Bitcoin comme moyen de paiement. Au détriment de la réputation de la crypto-monnaie.

Alors que les enquêtes sur le marché noir numérique s’intensifient, Shrem est également pris pour cible par les autorités. L’allégation à l’époque : Il aurait transféré un million de dollars américains en Bitcoin à une connaissance en 2012, sachant qu’il l’échangerait sur la plateforme Darknet. Finalement, Shrem est arrêté et jugé. En septembre 2014, il a plaidé coupable d’avoir « aidé à une transaction financière non autorisée ». Dans une interview, revenant sur l’incident, il a déclaré:

Je savais que c’était illégal. Mais je suppose que je ne m’en souciais pas assez à l’époque pour faire quoi que ce soit à ce sujet.

BitInstant est ensuite supprimé. Shrem démissionne de son poste à la Fondation Bitcoin et est condamné à deux ans de prison, dont un an avec sursis. Il a 24 ans à l’époque. Avec le recul, son séjour en prison l’a aidé, dit-il.

En prison, tu deviens un numéro en kaki. J’ai eu beaucoup de temps pour réfléchir en un an.

réhabilitation

Shrem sera libéré de prison à la mi-2016. S’il reste un partisan du Bitcoin et continue d’investir dans divers projets, il a également annoncé son intention d’investir ses bénéfices dans l’immobilier.

En 2018, Shrem fait à nouveau face à des difficultés judiciaires. Les jumeaux Winklevoss poursuivent l’adopteur précoce pour leur avoir prétendument volé un total de 30 millions de dollars. Les jumeaux, qui sont parmi les premiers milliardaires Bitcoin, auraient employé Shrem en tant que consultant en cryptographie. À ce titre, il aurait apporté aux frères 5 000 Bitcoin. Un règlement confidentiel à l’amiable a suivi.

En 2019, Shrem lance son podcast « Untold Stories », dans lequel il donne encore un aperçu approfondi du monde des affaires derrière les projets de cryptographie. Le joueur de 31 ans fait désormais partie intégrante de l’espace crypto. Son histoire est écrite dans plusieurs livres. Il est souvent engagé comme conférencier sur des sujets cryptographiques. Mais il préfère encore investir dans de nouveaux projets. Comme Crypto.IQ, une plate-forme d’actualités qui fournit non seulement des informations mais également des conseils sur l’investissement dans les crypto-monnaies.

La vie de Shrem est comme un tour de montagnes russes. Avec BitInstant, il a réussi la percée vers l’indépendance financière et l’a en même temps laissé décoller. Le temps passé en prison l’a ramené sur terre et a aussi fait de lui un peu ce qu’il est aujourd’hui – une légende vivante de l’espace crypto.

Avertissement : Cet article a déjà été publié dans le magazine BTC-ECHO de juin 2021.

Vous souhaitez acheter des crypto-monnaies ?

Négociez les crypto-monnaies les plus populaires comme Bitcoin et Ethereum avec effet de levier sur dYdX, la principale bourse décentralisée pour le trading de produits dérivés.

Au fournisseur

Voir l’article original sur www.btc-echo.de