La Banque d’Angleterre critique Bitcoin, DeFi and Co.

Temps de lecture :3 Minutes, 30 Secondes

Le Royaume-Uni semble déchiré par la crypto cette année. Dès que la nation change de Premier ministre, son attitude envers le bitcoin et co. change apparemment aussi. En avril, par exemple, le Premier ministre actuel, Rishi Sunak, dans son rôle de ministre des Finances, a parlé de grands projets de cryptographie pour le pays. Il a même été question de « stablecoins comme moyen de paiement ». Peu de temps après avoir déménagé à Downing Street, le « crypto premier ministre » semble vouloir se consacrer davantage à la monnaie de banque centrale numérique (CBDC).

Alors, assez de délires décentralisés et vers le « Britcoin », la livre numérique britannique ? En tout cas, le sous-gouverneur de la Banque d’Angleterre, Jon Cunliffe, semble moins convaincu du monde de la crypto et surtout de la DeFi, comme il s’est avéré récemment dans son discours à la Warwick Business School.

Catastrophe FTX : la DeFi n’est-elle (pas) une alternative ?

La disparition de l’échange de crypto FTX a suggéré que les régulateurs seraient plus méfiants à l’égard du secteur à l’avenir. Cunliffe, lui aussi, n’a pas pu s’empêcher de commenter l’effondrement de son discours. Et DeFi comme réponse à la catastrophe était hors de question pour lui. « Du point de vue d’un régulateur et d’une autorité en matière de stabilité financière », a-t-il déclaré, il n’était pas encore convaincu que DeFi « gère un tel risque financier inhérent ».

Cunliffe s’inquiète également de la décentralisation réelle à laquelle se sont engagés les projets de financement alternatif. Selon lui, derrière de nombreux protocoles se trouvent « des entreprises et des intervenants qui tirent profit des opérations de la plateforme ». Il est souvent difficile de savoir qui est réellement responsable de la gestion du protocole soi-disant décentralisé. Selon le banquier central, le code destiné à remplacer les intermédiaires de la finance traditionnelle ne vaut que par les personnes et les processus qui le créent.

Il ne voit donc pas que la DeFi est adaptée pour réduire le risque d’une débâcle à la FTX. Au lieu de cela, à ses yeux, il y a un besoin de plus de supervision et de contrôle des actifs numériques et l’introduction d’une livre numérique.

Réglementation, stablecoins et innovation

Malgré son attitude plutôt méfiante envers l’espace DeFi, Cunliffe reconnaît au moins le potentiel d’innovation de la niche crypto. Pour lui, il est peu probable que la tokenisation, le cryptage ou les contrats intelligents disparaissent de la scène dans un avenir proche. Ils lui offrent également la perspective de plus d’efficacité et de fonctionnalité dans le traitement des transactions financières quotidiennes.

Mais Cunliffe appelle également à plus de réglementation à la suite de la faillite de FTX. Et a souligné que « l’innovation au détriment d’un risque accru » ne serait pas autorisée. Pourquoi le banquier central est à l’origine des projets de loi qui sont actuellement en discussion au Parlement. Entre autres choses, ils devraient également assurer plus de contrôle sur les fournisseurs de pièces stables. La Banque d’Angleterre veut en discuter dans l’année à venir, selon Cunliffe.

En tout cas, avec le Premier ministre Sunak, il a ses idées novatrices en direction des monnaies numériques des banques centrales. On travaille déjà sur une livre numérique afin de pouvoir contrer les « tendances des services de paiement ». Il reste donc à voir si quelque chose viendra des « stablecoins comme moyen de paiement » au Royaume-Uni.

L’ambivalence du pays évoquée au début se retrouve également dans les tentatives de régulation les plus récentes. La version actuelle du projet de loi en question, le projet de loi sur les services et marchés financiers, manque donc toujours de réglementations détaillées sur les stablecoins. Au lieu de cela, ils comptent sur «l’agilité» dans la législation.

Agilité ou indécision, la saga FTX pourrait s’avérer être le dernier clou dans le cercueil du compromis DeFi vs TradFi. Et le Royaume-Uni ne pourra peut-être pas éviter de choisir entre sa propre innovation et une innovation décentralisée.

Vous souhaitez acheter des crypto-monnaies ?

Tradez plus de 240 crypto-monnaies comme Bitcoin et Ethereum sur Phemex, la plateforme pour les débutants ainsi que les investisseurs expérimentés.

Au fournisseur

Les derniers numéros de BTC-ECHO Magazine

Cela pourrait aussi vous intéresser

Voir l’article original sur www.btc-echo.de