3 questions à Stefan Schnorr

Temps de lecture :3 Minutes, 7 Secondes

Le SPD, les Verts et le FDP ont accordé beaucoup d’espace aux thèmes de la numérisation et du retournement de la mobilité dans leur accord de coalition. Le ministère des Transports et du Numérique (BMDV) est chargé de mettre en œuvre ces plans. Dans les deux domaines, la technologie blockchain pourrait apporter des réponses à des questions jusque-là non résolues, déclare Stefan Schnorr.

Dans quelle mesure l’Allemagne est-elle numérique et innovante ?

Schnorr : Je pense que l’Allemagne est plus numérique et aussi beaucoup plus innovante que nous ne le pensons – non seulement dans le secteur numérique, mais aussi dans de nombreux autres domaines. Mais nous avons aussi du rattrapage à faire en matière de digitalisation, cela ne fait aucun doute. L’essentiel, je pense, c’est que nous n’avons pas d’administration numérique. L’e-gouvernement nous est encore largement inconnu.

Vous le remarquerez, par exemple, si vous souhaitez vous inscrire ou vous désinscrire. Je peux vous dire de ma propre expérience que vous devez passer des jours à espérer trouver un rendez-vous gratuit en ligne. Ce n’est pas complètement numérique pour le moment. Nous n’avons pas encore d’identité électronique avec laquelle nous pourrions nous identifier – comme avec notre carte d’identité analogique – pour utiliser les services administratifs numériques. Nous avons décidé de changer cela.

Quelle est l’importance de la blockchain dans l’accomplissement de la tâche ?

Schnorr : En tant que gouvernement, nous ne devrions pas dicter quelle technologie résout un problème. Bien sûr, nous voyons également les opportunités associées aux futures technologies numériques telles que la blockchain et l’intelligence artificielle. Reprenons par exemple la preuve d’identité numérique, la technologie blockchain nous ouvrira à l’avenir une réelle valeur ajoutée, notamment sur la question de la protection contre la contrefaçon.

Au final, il faut voir : où sont les meilleurs résultats ? Où est le moindre effort, y compris – et il faut toujours y penser – la plus faible consommation d’énergie ? Nous ne pouvons pas utiliser la technologie – et cela est particulièrement vrai avec la blockchain – pour générer une consommation d’énergie massive et ignorer la question de la durabilité.

Un projet censé créer une plateforme de mobilité pour les citoyens utilisant la blockchain s’est terminé il y a trois ans. Quelle est la situation actuelle ?

Schnorr : Vous faites référence à l’étude de faisabilité « OMOS ». Dans ce document, la majorité des experts interrogés citent la blockchain ou la technologie du grand livre numérique comme une solution potentielle à un grand nombre de défis d’une plate-forme de mobilité ouverte. Par exemple, dans la gestion des identités ou le traitement des paiements. Ces résultats ont déjà été repris dans plusieurs projets, par exemple dans le projet « OMEI » pour optimiser l’infrastructure de recharge électrique.

Fondamentalement, notre approche consiste à combiner différents modes de transport et à penser en réseau. C’est aussi ce qu’a dit notre ministre dès son arrivée à la Chambre. Jusqu’à présent, cependant, la perspective du citoyen a été moins prise en compte.

Vous m’avez demandé comment se rendre au travail. D’abord, bien sûr, je vois comment je peux me rendre de chez moi à Invalidenstrasse jusqu’au ministère le plus rapidement possible. Il y a Google Maps. Mais nous n’avons pas encore ce soi-disant touche-à-tout de la mobilité.

Vous pouvez trouver l’intégralité de l’interview dans le numéro d’août actuel du magazine BTC-ECHO. Outre l’expertise blockchain du ministre du numérique Volker Wissing (FDP), il s’agit également de la remise sur le réservoir et d’une éventuelle prolongation du ticket à 9 euros.

Magazine BTC-ECHO (imprimé et numérique) à partir de 4,99 EUR

Le BTC-ECHO Magazin est le principal magazine en langue allemande depuis 2014 sur les thèmes du Bitcoin, de la Blockchain, des NFT et des crypto-monnaies.

Vers la revue

Voir l’article original sur www.btc-echo.de